Dans son étude « Internet en France : acteurs et enjeux de la chaîne de services », le cabinet de conseil et d’études Cesmo présente un état des lieux du marché français de l’Internet ainsi qu’une v...

Dans son étude « Internet en France : acteurs et enjeux de la chaîne de services », le cabinet de conseil et d’études Cesmo présente un état des lieux du marché français de l’Internet ainsi qu’une vision exhaustive des acteurs du marché (accès, hébergement et intégration) et répond aux questions liées à la mise en œuvre de services Internet/Intranet. 2001 a été marquée par une diminution des perspectives de croissance attendues sur le marché de l’Internet en France. Le marché de l’Internet en France représente 2,5 milliards d’euros en 2001 et devrait atteindre plus de 6,5 milliards en 2005. L’accès Internet représente aujourd’hui 68 % de ce marché, soit 1,7 milliard d’euros. On constate une disparition des modèles de l’illimité au profit d’offres xDSL. Davantage rémunératrices, ces dernières présentent un meilleur potentiel de développement en termes de services, lorsque le système concurrentiel le permet. Les opérateurs traditionnels de télécommunications, sur le segment du haut débit, étoffent leurs offres, dans un marché dominé encore par la fibre optique. Les opérateurs de boucle locale radio et les câblo-opérateurs participent à l’élaboration d’une offre haut débit. Représentant près de 300 millions d’euros en 2001, le marché de l’hébergement web devrait subir en 2002 encore plus de pression concurrentielle sur les offres de colocation à plus faible valeur ajoutée. Le marché de l’hébergement dédié représente plus de 15 % du marché de l’hébergement web en 2001. Les opérateurs, dans un contexte européen très concurrentiel, détiennent 59 % de part de marché de l’hébergement, participant ainsi largement à la croissance de ce marché. Le rachat d’intégrateurs ou de SSII , Digex par Worldcom, Debis IT par Sisir T-System, Fluxux par British Telecom, Exodus par Cable & Wireless, Intégra par Genuity, Fitec par Colt … révèle l’orientation, de plus en plus, vers des modèles de services à plus forte valeur ajoutée. Ces rachats permettent aux opérateurs de compléter leurs offres de services et de se positionner sur des offres d’hébergement à plus forte valeur ajoutée. Les agences interactives et les cabinets de conseil spécialisés subissent aujourd’hui la concurrence des intégrateurs traditionnels. Avec un chiffre d’affaires de 500 millions d’euros en 2001, ce marché de l’intégration Internet est en pleine consolidation. (Christine Weissrock – Atelier BNP Paribas – 13/02/2002)