Chaque jour, 30 000 nouvelles lignes principales sont installées. D'ici à 2003, le taux de pénétration devrait s'accroître chaque année de 1 %. Concernant Internet, la Chine compte 300 à 400 ISP, ...

Chaque jour, 30 000 nouvelles lignes principales sont installées. D'ici à 2003, le taux de pénétration devrait s'accroître chaque année de 1 %. Concernant Internet, la Chine compte 300 à 400 ISP, concurrents du monopole China Telecom. Le nombre de serveurs devrait atteindre 320 000 d'ici à 2003. La Chine comptait 900 000 internautes fin 1997. Ce ne sont pas les services qui "tirent" les télécoms, mais l'Etat. L'Etat, développeur d'infrastructures, donne le "la" en matière de développement des télécoms dans ce pays. Aujourd'hui, China Telecom est en mesure de gérer le plus grand réseau téléphonique mondial tout en enregistrant le taux de croissance de lignes téléphoniques le plus élevé d'Asie après Le Vietnam. Ces deux prochaines années, la croissance annuelle des lignes principales devrait atteindre 21 % en moyenne, pour arriver à près de 124 millions de lignes en 2000. Le taux de pénétration de lignes principales s'élève aujourd'hui à environ 6,5 lignes pour 100 habitants. Le volume des équipement à fournir reste considérable, même si les prix continuent à baisser sur le marché national des équipements de commutation. La revue Telecoms and Wireless Asia, citant l'étude de Pyramid, écrit "ces cinq dernières années, l'exploitant a installé en moyenne 14 millions de nouvelles lignes d'abonnés par an, portant ainsi la télédensité à 5,7 % fin 1997. En 1998, il a franchi la barre des 7 % et devrait être en 2003 le premier fournisseur de services du pays qui comptera alors 177 millions d'abonnés au téléphone. En juin 1998, China Telecom a annoncé que son réseau comptait 80 millions de lignes fixes, soit 10 millions de plus qu'à la fin de 1997. En juin 1998, sa capacité en centraux téléphoniques s'établissait à 119 millions de lignes, en hausse de 8 millions par rapport à la fin de 1997".

Néanmoins, le potentiel du marché chinois reste très intéressant pour les fournisseurs étrangers : les volumes sont impressionnants et les perspectives d'avenir sont énormes.

China Telecom a déjà commencé à équiper les principales artères à fibres optiques de multiplexeurs par répartition en longueur d'onde. La Chine, confrontée à une multitude de protocoles et de techniques de transmissions, souhaite accorder la priorité à la construction d'un réseau de transmission large bande en ATM. Au cours des cinq prochaines années, l'essentiel des dépenses consacrées aux réseaux de communication devrait être absorbé par l'infrastructure de réseau ATM et relais de trames. (Stratégies Télécoms & Multimédia - 26/03 au 2/04/1999)