Le centre de recherche européen spécialisé dans les technologies de l’information et de la communication, l’Idate (http://www.idate.fr) publie une étude sur les marchés européens des hauts débits. ...

Le centre de recherche européen spécialisé dans les technologies de l’information et de la communication, l’Idate (http://www.idate.fr) publie une étude sur les marchés européens des hauts débits. Le déploiement du DSL en Europe faisait apparaître fin 2000 un retard d’un an par rapport aux Etats-Unis. L’Europe comptait moins de 600 000 lignes DSL commercialisées pour 700 000 abonnés câble-modem. Fin 2001, on observe un certain ralentissement du nombre des abonnés aux USA, bien que les RBOC (SBC, Verizon, Bell South, Qwest) devraient compter près de 3,5 millions d’abonnés DSL et que les câblo-opérateurs américains tablent sur 6 millions d’abonnés. Un européen sur 4 devrait être connecté en 2006. Les technologies DSL sont celles qui connaissent la croissance la plus rapide. L’Allemagne arrive en tête avec près de 2 millions de lignes ADSL installées fin décembre 2001 par l’opérateur historique, contre 700 000 effectivement installées fin juin 2001. La France et l’Italie viennent ensuite avec chacune près de 500 000 lignes ADSL installées par France Télécom d’ici la fin de l’année. A cette date, KPN devrait avoir installé près de 400 000 lignes ADSL aux Pays-Bas, Telefonica près de 300 000 lignes ADSL en Espagne, Telia près de 200 000 lignes ADSL en Suède et BT 120 000 lignes ADSL environ au Royaume-Uni. Dans la plupart des pays, les opérateurs historiques font état de parts de marché avoisinant 90 ou 95 %. Cette domination peut s’expliquer par plusieurs raisons. Détenant la boucle locale, ils ont pu déployer sans attendre les infrastructures DSL nécessaires pour conquérir les premiers clients finaux. Le plus souvent, les nouveaux entrants ont dû faire face à des processus de dégroupage plus longs et difficiles que prévu et à des conditions techniques et économiques qu’ils ont souvent dénoncées. La faillite de nouveaux entrants DSL comme Mangoosta en France ou OnCue au Royaume-Uni semble mettre en cause les modèles économiques basés sur des niveaux d’investissements élevés, des déficits d’exploitation récurrents et un statut de « pure player » sans base d’abonnés ISP ou de clients entreprises. Désormais, beaucoup de ces acteurs ciblent plus directement la clientèle entreprise ou font appel aux offres DSL « wholesale » des opérateurs historiques. Le câble-modem connaît une pénétration encore limitée en Europe. Aux Pays-Bas, UPC totalisait 191 200 abonnés câble-modem fin mars 2001 Deux principaux câblo-opérateurs se partagent le marché britannique : NTL et Telewest/Blueyonder avec respectivement 52 000 et 38 000 abonnés fin juillet 2001. Le câblo-opérateur ONO enregistre 25 664 abonnés en Espagne fin juin 2001. En France, quatre principaux câblo-opérateurs se partagent le marché : fin juin 2001, Noos comptait 83 109 abonnés, France Télécom Câble 38 190, NC Numéricable 12 322 et UPC France 18 500. Concernant la boucle locale radio, le démarrage est plus long que prévu. Des offres commerciales ont été lancées en Allemagne, en France et en Espagne. En Allemagne 1 671 licences BLR ont été attribuées au total à partir d’un découpage extrêmement fin du territoire. Les premiers lancements commerciaux ont débutés fin 1999. L’Allemagne recensait 6 000 abonnés fin octobre 2001. Plusieurs opérateurs ont fait faillite : Associated Com (Teligent), Callino (Formus), Winstar, Landtel et FirstMark. En France, deux licences nationales ont été attribuées en juillet 2000 dans la bande des 3,5 et des 26 GHz ainsi que 44 licences régionales dans la bande des 26 GHz. Un autre appel d’offre a été lancé en septembre 2000 pour trois régions, suite à des désistements. Les premiers lancements commerciaux ont débuté en janvier 2001. Fin octobre, la France comptait 1 500 abonnés. Certains opérateurs BLR ont vu leurs actionnariats changer : FirstMark, Squadran. En Espagne, six licences nationales ont été attribuées en mars 2000, dont 3 pour la bande des 3,5 GHz et 3 pour la bande des 26 GHz. Les premiers lancements commerciaux ont eu lieu en février 2001. L’Espagne totalise 3 100 abonnés fin octobre 2001. Suite à la faillite de Teligent, Banda 26 a vu son actionnariat changer : Jazztel est devenu majoritaire. Selon les prévisions de l’Idate, portant plus spécifiquement sur les sept pays analysés, l’Europe devrait totaliser au moins 45 millions d’abonnés hauts débits en 2006. Deux scénarios de diffusion, haut et bas, ont été successivement envisagés pour les deux segments de clientèle (résidentiels et entreprises), mais ils peuvent éventuellement être combinés. L’étude de l’Idate est disponible sur le site http://www.idate.fr. Prix : 3 000 euros HT (Christine Weissrock – Atelier BNP Paribas – 6/11/2001)