locale. Ayant obtenu en juin la double licence d’opérateur de réseaux (L 33-1) et de fournisseur de services de télécommunications (L 33 4) sur les trois départements de l’Est parisien, Médiaréseau...

locale. Ayant obtenu en juin la double licence d’opérateur de réseaux (L 33-1) et de fournisseur de services de télécommunications (L 33 4) sur les trois départements de l’Est parisien, Médiaréseaux, filiale d’UPC, câblo-opérateur d’origine américaine (3,5 millions d’abonnés en Europe), sera le premier en France à fournir un service de téléphonie locale à des particuliers, concurrent de celui de France Télécom. Les 1,5 million de foyers de Seine-et-Marne, Seine-Saint-Denis et Val-de-Marne pourront ainsi, à compter du 1er janvier 1999, téléphoner à moindre coût, avec un abonnement deux à trois fois moins cher que celui de France Télécom. Les négociations d’interconnexion avec France Télécom sont le sur le point de s’achever. Son président, Patrick Drahi explique “on est les premiers à négocier pour une boucle locale résidentielle”. Disposant de 25 000 abonnés sur 55 000 prises installées, Médiaréseaux devrait réaliser cette année un chiffre d’affaires de 25 millions de F. Ayant obtenu cet été auprès de Paribas 700 millions de F, Médiaréseaux peut prévoir un investissement sur quatre ans de 1,4 milliard “nous visons la construction de 300 000 à 500 000 prises”. Médiaréseaux devrait pouvoir réaliser en 1999 un chiffre d’affaires de 100 millions de F, dont 60 millions sur la partie télécom. L’opérateur a demandé à l’ART de lui accorder une licence de boucle locale radio expérimentale pour les zones de population moins dense en Seine-et-Marne. Hormis Numéricâble qui dispose de 100 000 foyers dans l’Est parisien, de CitéRéseau à Montreuil et Vidéopole à Melun, les habitants de ces départements n’ont pas accès au câble. Bien au-delà de ses concessions de Marne-la-Vallée, Médiaréseaux pourra aussi proposer ses bouquets de chaînes de télévision. (La Tribune - 05/10/1998)