Plusieurs universités et sociétés se rassemblent pour élaborer un outil de CAO dédié aux microtechniques. Celui-ci devrait permettre de prédire le comportement des futurs appareils.

Plusieurs universités et sociétés se rassemblent pour élaborer un outil de CAO dédié aux microtechniques. Celui-ci devrait permettre de prédire le comportement des futurs appareils.

Plusieurs universités, menées par l'University of Illinois at Urbana-Champaign, annoncent la création d'un nouveau centre de recherche dédié à la conception d'un système de conception assistée par ordinateur (CAO) appliqué aux microtechniques (MEMS pour Microelectromechanical Systems) et aux nanotechnologies. Les chercheurs estiment que ces microsystèmes vont révolutionner le secteur des communications, des capteurs et des systèmes de traitement des signaux. Mais ils sont encore limités par un manque de compréhension des phénomènes physiques permettant le bon fonctionnement d'appareils MEMS. Les futurs logiciels devraient aider à simuler le comportement de ces appareils microscopiques dans leurs environnements. But de la manœuvre : permettre aux ingénieurs y ayant recours de simuler les effets électriques, thermiques, ou encore mécaniques de l'usage des MEMS avant même leur conception.
Comprendre les phénomènes physiques
"Ce type de technique de prédiction pourrait améliorer significativement la vitesse à laquelle les microsystèmes dédiés aux MEMS peuvent être développés", explique John Papamolymerou, professeur associé de l'équipe de Georgia Tech, qui a reçu récemment un financement par le Defense Advanced Research Projects Agency (DARPA), le centre de recherche et de développement du ministère de la Défense américain. Le projet est baptisé - en toute simplicité - Investigate Multiphysics Modeling and Performance Assessment-driven Characterization and Computation Technology (IMPACT) Center for Advancement of MEMS/NEMS VLSI.
Une alliance en vue de promouvoir les nouveaux systèmes
"Quand nous aurons résolu ces problèmes de compréhension, nous pourrons passer à l'étape supérieure et développer un programme CAO", ajoute John Papamolymerou. L'équipe de Georgia Tech, qui bénéficie de la somme de 1,25 million de dollars pour s'atteler au projet sur une période de six ans, s'occupera dans un premier temps des lois de physique fondamentale concernant les appareils micro électromécaniques, en particulier en ce qui concerne le phénomène diélectrique - qui concerne des milieux ne pouvant conduire de courant électrique - des appareils MEMS. Plusieurs firmes comme BAE Systems et Innovative & Technology participent également au projet qui devrait, à terme, promouvoir ces micro et nano systèmes dans des applications militaires et commerciales.
(Atelier groupe BNP Paribas - 13/08/2007)