Le cabinet PL7 a réalisé récemment une enquête auprès des 150 000 entreprises françaises de plus de dix salariés, dont 300 grands comptes, pour le compte de l'Observatoire du commerce et des échang...

Le cabinet PL7 a réalisé récemment une enquête auprès des 150 000 entreprises françaises de plus de dix salariés, dont 300 grands comptes, pour le compte de l'Observatoire du commerce et des échanges électroniques. Il ressort de cette étude qu'actuellement deux entreprises sur cinq effectuent des échanges par Internet, Minitel, réseaux EDI, taux qui pourrait atteindre d'ici à l'an 2000, 80 %. 22 % des entreprises empruntent le Minitel, 11 % Internet, 17 % ont recours à l'EDI. Dans les grands comptes, demeurant un moyen efficace pour les échanges professionnels, volumineux et récurrents, l'EDI atteint un score de 50 %. Les grands comptes, avec un taux de pénétration de 82 %, arrivent largement en tête des utilisateurs d'outils d'échanges et de commerce électronique. Avec 35 %, les entreprises de dix à vingt salariés enregistrent le résultat le plus faible. Avec des taux de pénétration supérieurs à 50 %, par secteur, ce sont les activités financières, de l'industrie, des services et du tourisme qui arrivent en tête. En revanche, avec 20 %, les secteurs de la santé et de l'éducation sont bons derniers. La première des applications citée par 61 % des entreprises pratiquant les échanges électroniques est de loin la diffusion d'informations, suivies par les opérations d'achat (33 %), de paiement (32 %) et de vente (18 %). Selon cette étude, 98 % des transactions électroniques sont des échanges "B to B" (2 % seulement pour les échanges entre entreprises et individus). (Le Monde Informatique - 20/03/1998)