En France, l'usage d'appareils mobiles personnels ou non dans le cadre de son travail à des nombreux aspects positifs sur la productivité. Mais les cadres constatent également que cela influence la gestion de leur vie privée.

La mobilité perturbe l'équilibre entre vie professionnelle et vie privée

 

Près des deux tiers des cadres français estiment qu'en cinq ans ils ont constaté des changements dans l'équilibre entre leur vie professionnelle et leur vie privée. Et pour 40% d'entre eux, cette évolution apparaît comme négative, révèle une étude Ifop pour Good Technology, fournisseur de services de gestion des terminaux mobiles. Cette étude intitulée "Quand la vie professionnelle des cadres rencontre leur vie privée", pointe du doigt la popularisation des appareils mobiles tels que les smartphones, les tablettes et les ordinateurs portables utilisés dans le cadre de leur travail. Un avis d'ailleurs partagé par les cadres eux-mêmes, qui pour un tiers estiment ces outils à la base de cette évolution des limites entre vie professionnelle et vie privée.

Vie privée au bureau ou vie professionnelle à la maison

Et cela est confirmé dans un premier temps par les activités professionnelles effectuées en dehors des horaires de travail. Ainsi, 85% des cadres déclarent continuer de travailler au moins une fois par semaine en dehors du cadre de l'entreprise. Ceux-ci consacreraient même quatre heures en moyenne à travailler après avoirquitté l'entreprise. De plus, on constate une réelle difficulté pour les cadres à se déconnecter. Ainsi, 73% d'entre eux déclarent consulter leurs courriels professionnels chez eux et 30% estiment même qu'ils ne pourraient pas se passer de le faire. Mais les limites entre vie privée et vie professionnelle sont également détériorées à l'inverse durant les horaires de travail. L'étude révèle par exemple que 96% des cadres interrogés avouent effectuer des activités privées au bureau. Ainsi, 80% d'entre eux téléphonent à des proches, 78% envoient ou consultent des emails personnels et 32% se connectent à leurs profils sur les réseaux sociaux.

Des limites nécessaires à se fixer

De plus, 67% consultent leurs comptes bancaires et 55% organisent leurs week-ends et vacances. Enfin, 79% avouent consulter des sites qui n'ont aucun rapport avec leur travail, dont 32% des sites de e-commerce sur lesquels ils commandent des articles. Mais l'étude révèle que les cadres ont pleinement conscience de l'importance de poser des limites et d'établir des règles pour conserver un certain bien-être au quotidien. Ceux-ci approuvent par exemple le blocage des adresses email professionnelles par les entreprises pendant les congés (57%) et les week-ends (54%). Et certains s'appliquent même des limites eux-mêmes : 56% disent faire en sorte de ne pas travailler pendant leurs vacances, 33% le samedi et 51% le dimanche. Et seulement 49% d'entre eux se freinent à travailler le soir contre 26% à ne pas travailler du tout en dehors de leur entreprise.