Le Motion Cookie de Sen.se propose de démocratiser à large échelle l’Internet des objets en transformant n’importe quel objet sur lequel il est posé de devenir une véritable plate-forme de communication.

Mother et ses Motion Cookies rendent tout objet connecté

Les statistiques à court et moyen termes annoncent déjà 25 milliards d’objets connectés d’ici 2015, chiffre qui se verra doublé dès 2020. Mais à quoi correspondent ces objets connectés? A une multitude d’objets, coûteux, plus ou moins utiles et se reposant sur la participation de l’utilisateur. Devant une offre trop nébuleuse pour avoir une réelle visibilité, ce saut technologique qui était sensé être la manifestation d’une société futuriste risque de se voir confinée au statut anecdotique de gadget. Afin de mettre en lumière le potentiel formidable de cette approche, Rafi Haladjian, fondateur de Sen.se s’est attelé à la création d’un capteur unique, universellement adaptable et au coût réduit, le Motion Cookie. Dans la lignée du Nabaztag, le lapin multi-usage et connecté, le Motion Cookie représente la deuxième génération de connectivité. Plus petit, adaptable à de nombreuses situations, il en étend les possibilités aux objets déjà existants et n’embarquant pas cette technologie. Mais l’apport tient particulièrement au mode de fonctionnement, plutôt que de se reposer sur une intervention de l’utilisateur, le Motion Cookie, discret, fonctionne en pleine autonomie.

Un capteur, multiples usages

La technologie de Sen.se se compose d’un ensemble de 5 capteurs que l'on peut, dès l'obtention, programmer pour l'utilisation qui nous intéresse, connectés à une base, la Mother, qui centralise les données perçues et envoie des notifications à l’utilisateur. Et encore une fois le champ d'application est vaste, régulation des cycles de sommeil lorsque collé à un matelas, débit d'eau si sur une bouteille, commande automatique de capsules de café si l'on vient à en manquer. Si la domotique s'avère une cible de choix, le caractère protéiforme du capteur appelle aussi une utilisation commerciale, depuis la réduction du gaspillage énergétique, l'intégration dans un réseau de sécurité, au développement d'un marketing de plus en plus interactif avec le déclenchement par exemple d'une publicité ciblée au passage d'un éventuel client. L'important pour Rafi Haladjian, c'était la mise en place d'un service automatisé, machine-à-machine, "le frein à la capture des données, c'est la motivation de l'utilisateur [...] il faut des objets qui ne demandent rien à l'utilisateur, qui sont transparents, qui n'attendent pas un comportement particulier sinon celui qu'il a habituellement [...]". Une fois installés, les capteurs peuvent être reprogrammés pour d'autres usages et s'insèrent dans le quotidien de l'utilisateur sans demander d'attention particulière, ne serait-ce qu'un changement de batterie tous les 15 mois en usage sédentaire, et 7 mois en usage mobile.

La maison intelligente

"On essaie d'imaginer un monde d'IoT mature, un IoT 2.0". L'équipe de Rafi Haladjian est bien consciente des étapes qu'il reste encore à franchir. Si l'apparition de ces capteurs multi-usages représente un saut technologique, il doit aller de pair avec une éducation graduelle de l'utilisateur, tout comme des capteurs. “[Ce qui est important] c'est leur capacité à apprendre de nos comportements, à capter la réalité qui les entoure pour pouvoir avoir des comportements intelligents, préconiser des choses à l'utilisateur, prendre des décisions éventuellement à sa place jusqu'à un certain point.” Sen.se espère ainsi voir apparaître de plus en plus de collaboration avec des marques afin de développer, grâce aux informations des capteurs, des applications dédiées et ainsi entrer progressivement dans l'habitus des utilisateurs. De même si la capture des données est immédiate, Sen.se entend proposer une relation progressivement bilatérale grâce à l'apprentissage, allumer les lumières quelques secondes avant que vous rentriez chez vous, ou allumer la machine à café dès son réveil. La postérité de ce petit capteur ne semble pas devoir causer beaucoup d'inquiétudes, et nous ne devrions pas tarder à voir apparaître ces appareils, sans même que nous le sachions, à l'intérieur des produits que nous achèterons. L'enjeu tient plutôt à la capacité de réaction et d'accompagnement des marques, Rafi Haladjian l'explicite, "Nous souhaitons faire de Sen-se un appstore avec des applications composées d'initiatives de marques, de développeurs, de particuliers...".