Motorola vient de déposer un brevet pour un nouvel outil de communication semblable à un tatouage permettant notamment de passer des appels plus audibles dans les lieux bruyants.

Motorola créé un tatouage permettant de passer des appels

Bien qu’encore assez marginal, le marché des outils connectés est en plein essor. Les acteurs du digital et des télécommunications redoublent de créativité pour faciliter la vie des consommateurs. Après les Google Glass, les smartwatches et autres outils connectés, Motorola surenchéri avec son “tatouage connecté”. L’entreprise Américaine appartenant depuis 2011 à Google cherche à renverser la notion traditionnelle du Smartphone.  En mai 2013, Motorola avait annoncé qu’il cherchait à remplacer les mots de passe traditionnels avec des tatouages ​​électroniques ou des pilules d'authentification que les gens avalent. Aujourd’hui, Motorola dépose un brevet intitulé “Coupling An Electronic Skin Tattoo To A Mobile Communication Device,” afin de protéger son invention de tatouage connecté muni d’un microphone.

Une technologie de communication intégrée dans le corps

Ce surprenant dispositif correspond à un tatouage électronique et autocollant fixée sur la gorge de son utilisateur. Il permet de communiquer sans fil en utilisant un réseau WiFi, Bluetooth ou NFC. C’est en fait un émetteur-récepteur capable d’améliorer la qualité sonore en réduisant les bruits ambiants. Il est compatible avec la plupart des appareils mobiles  tels que les smartphones, tablettes, consoles de jeux portable et autres objets connectés. Il est précisé qu’il doit aussi être changé en moyenne chaque semaine et qu’il peut également être appliqué sur les animaux.Le brevet déposé par Motorola ne donne bien entendu que peu de précisions sur l’invention même, ses applications ou encore sa production future. Certains analystes supposent que le tatouage utilisera l’énergie solaire pour fonctionner.

Un avenir à déterminer

Aujourd’hui, il n’existe aucune projection sur l’avenir de ce produit. Il se peut que Motorola cherche à créer des concepts et les protège afin d’empêcher de nouveaux acteurs d'essayer de développer un concept similaire. Il ne faut donc pas spécialement s’attendre à retrouver ce produit sur le marché dans les jours à venir. Ce type de dispositif serait déjà utilisé dans le domaine militaire. Selon Patrick Moorhead, analyste chez Moor Insights & Strategy, l'armée utiliserait déjà des microphones de gorge pour rendre les communications plus claires. De plus, nous n’avons pas de recul pour connaître les effets secondaires que peuvent provoquer cette technologie. Concernant les interrogations sur les problèmes de santé que cette technologie peu engendrer, Motorola reste silencieux.Dans l’avenir ce dispositif pourrait même être utilisé comme un détecteur de mensonges. Le tatouage inclurait ainsi un détecteur de réponse galvanique (utilisant les courants électriques du corps). En effet, la réponse galvanique de la peau est différente lorsque l’individu est nerveux, dit des mensonges ou lorsqu’il est confiant et dit la vérité. Enfin, ce système pourrait aussi permettre de contrôler son smartphone avec la voix. L’annonce du dépôt de brevet par Motorola manifeste certainement le début d’une nouvelle ère d’objets connectés, intégrés au corps humain.

 

 

Manon Garnier