Des chercheurs de la Brigham Young University ont développé une technologie qui permet de mesurer les mouvements de souris pour déterminer l’état d’esprit de l’utilisateur.

Après le smartphone qui décele le niveau de stress d’une personne à distance, c’est la souris d’ordinateur qui permet désormais de savoir quand l’utilisateur est énervé. Le professeur Jeffrey Jenkins de la Brigham Young University (BYU) a en effet développé un moyen de recueillir et d’utiliser des données sur les mouvements de la souris et de les mesurer pour déterminer l’état d’esprit de l’individu. Le fait de ressentir des émotions négatives modifierait la façon de se servir de la souris.

Selon les recherches du professeur Jenkins, quand l’utilisateur est contrarié, déçu, perdu ou confus, le curseur ne suit plus une trajectoire droite ou à peine courbée. L’utilisateur a au contraire tendance à effectuer des mouvements brusques, irréguliers et bien plus lents.

“C’est contre-intuitif, les gens peuvent penser 'quand je suis frustré par quelque chose, je me mets à bouger la souris plus vite' alors qu’en réalité c’est l’inverse, explique Jeffrey Jenkins.

Pour arriver à ce résultat, l’équipe de la BYU a soumis les cobayes à un test en ligne qu’ils ne pouvaient que rater. L’objectif était de les contrarier pour mesurer le mouvement de leur souris. Pour cela, les chercheurs ont fait en sorte que les pages se chargent très lentement afin de ne laisser que quelques secondes à chaque participant pour trouver la bonne réponse aux questions. De plus, les sujets étaient pénalisés à chaque réponse fausse et informés que leur faible score était représentatif de leur faible intelligence. À la fin du test, les participants étaient brièvement interrogés pour s’assurer de leur état d’esprit négatif.

Ces mesures de mouvements de souris sont utiles dans le domaine du e-commerce par exemple. Les sites internet pourront ainsi savoir ce que ressentent les utilisateurs et en particulier s’ils sont mécontents de l’interface par exemple. Cela permettra aux développeurs d’adapter ou réparer les points sensibles des sites internet, d’éliminer le stress et donc d’améliorer l’expérience client dans la continuité de ce que Content Square proposait avec son étude des comportements des potentiels e-acheteurs. Le concept sera bientôt étendu aux appareils mobiles : ce sont les tapotements et mouvements de doigts qui seront alors étudiés à la place de ceux de la souris.

Rédigé par Sophia Qadiri
Journaliste