Avec plus de 150 000 abonnés, Club Internet va atteindre l’équilibre en 1998 avec un chiffre d’affaires prévisible de 100 millions de F. Le succès de Club Internet (300 % de croissance sur un an,...

Avec plus de 150 000 abonnés, Club Internet va atteindre l’équilibre en 1998 avec un chiffre d’affaires prévisible de 100 millions de F. Le succès de Club Internet (300 % de croissance sur un an, 700 nouveaux abonnés par jour) traduit bien le goût croissant des Français pour Internet. Déjà la France compte un million d’internautes privés et cinq millions d’ici 2002. Directeur général de Grolier, Fabrice Sergent indique “si les recettes publicitaires ne représentent aujourd’hui que 5 % dans les recettes de Club-Internet, le modèle est appelé à s’inverser”. Club-Internet revendique son identité conviviale, sociale et accessible. 71 % des nouveaux internautes se sont abonnés sur le conseil d’un ami.

D’ici à la fin de l’année, Club-Internet espère atteindre les 200 000 clients. Pour parvenir à ses fins, face à la concurrence de Wanadoo et d’AOL, Club-Internet mise sur un prix inférieur (77 F par mois) “le moins cher du marché”, un nouvel habillage visuel et des aides à la navigation (un accord a été conclu avec le moteur de recherche Inktomi utilisé par Yahoo!) et bien sûr sur la multitude des services offerts par le groupe, comme notamment Europe-Infos, une chaîne d’information en continu élaborée avec Europe 1, les sites de “Elle” ou “Paris-Match” ou bien encore le portail Hachette.net, un catalogue de 5 000 meilleurs sites Web “nous avons mobilisé la plus importante rédaction Internet de France avec 30 journalistes au service de nos abonnés”.

Par ailleurs, pour la première fois depuis sa création en octobre 1995, Club Internet lance une campagne de communication de “plusieurs dizaines de millions de F”. (Les Echos - La Tribune - 25/09/1998)