France. Créée en 1993, Omnicom va pouvoir choisir son préfixe dans les prochains jours. Les trois fondateurs d'Omnicom, dont une femme, ont créé la société de leurs propres deniers. Des sociétés d...

France. Créée en 1993, Omnicom va pouvoir choisir son préfixe dans les prochains jours. Les trois fondateurs d'Omnicom, dont une femme, ont créé la société de leurs propres deniers. Des sociétés de capital-risque (Codexi, Galileo) ont offert leur appui en 1996. Ne disposant pas physiquement de câbles téléphoniques, Omnicom est avant tout opérateur-revendeur. La société achète à des opérateurs disposant d'infrastructures un volume de trafic téléphonique à prix de gros qu'elle revend au détail à ses clients, à des prix inférieurs à ceux des opérateurs en place. La société vend également depuis début 1997 des services de téléphonie nationale ainsi que des cartes téléphoniques prépayées. Disposant de commutateurs téléphoniques, Omnicom achemine vers eux les appels de ses clients qui sont ensuite "routés" vers le meilleur itinéraire possible sur l'un des réseaux avec lesquels la société a passé des accords. Les PME-PMI dont la facture téléphonique mensuelle varie entre 1 000 et 50 000 F constituent sa cible unique. Ce marché représente en France 43 milliards de F, dont 20 milliards de communications nationales et internationales. Omnicom revendique près de 3 000 clients. Possédant actuellement treize plates-formes de commutation-reroutage, Omnicom va étendre celles-ci sur toute la France. Pour cela et pour accroître les capacités de transmission, 215 millions de F sur cinq ans vont être investis. 70 millions sont également programmés pour poursuivre son développement à l'étranger, notamment en Italie et en Espagne. Cette année, la société s'est installée en Suisse. Ayant placé au second marché à Paris 27,27 % de son capital début juillet, la société a levé 111 millions de F. (Le Monde - 21/10/1997)