Alors qu’il prévoyait pour la fin de l’exercice un chiffre d’affaires de 280 millions de F, Omnicom vient d’annoncer que celui-ci ne devrait atteindre que 228 millions de F. Alors qu’Omnicom espéra...

Alors qu’il prévoyait pour la fin de l’exercice un chiffre d’affaires de 280 millions de F, Omnicom vient d’annoncer que celui-ci ne devrait atteindre que 228 millions de F. Alors qu’Omnicom espérait atteindre l’équilibre cette année, le résultat net sera, pour sa part, “significativement négatif”.

L’opérateur doit, comme ses homologues, investir plus massivement que prévu (93 millions en 1998, 104 millions en 1999) tout en générant, dans un premier temps, un chiffre d’affaires inférieur aux prévisions.

Titulaire du préfixe “5”, Omnicom dont le réseau national devrait être opérationnel à la fin de l’année sur l’ensemble du territoire- pense être en mesure de combler ce retard rapidement pour dégager, dès l’an prochain, une rentabilité supérieure aux prévisions initiales. Le groupe prévoit ainsi de dégager dès le mois de juin 1999 son premier résultat net positif et d’atteindre pour l’année prochaine un chiffre d’affaires de 660 millions de F, contre 600 millions prévus à l’origine.

Positionné à l’origine uniquement sur le secteur des PME-PMI, Omnicom a élargi cette année son champ d’action à la clientèle résidentielle. Pour accroître sa clientèle, Omnicom compte sur ses partenaires SCS. Fin septembre, Omnicom totalisait 6 000 clients contre 5 300 trois mois auparavant. Grâce à son réseau de distribution, l’opérateur vend chaque mois 150 000 cartes téléphoniques prépayées. Du reste, après Casino, il vient de signer un accord portant sur la diffusion de cartes dans les magasins Carrefour. (La Tribune Les Echos Le Figaro 16/10/1998)