Recourir aux réseaux fixes et surtout sans-fil des fournisseurs de ce type de service permettrait aux entreprises de l'énergie de se baser sur des infrastructures existantes.

Les opérateurs de services fixes et sans-fil ont leur rôle à jouer dans le secteur du smart grid, rappelle Pike Research. Dans une étude, le cabinet estime ainsi que si les réseaux privés continueront à représenter la majorité du marché des communications de réseaux intelligents, les opportunités de revenus pour les télécoms devraient frôler les 5 milliards de dollars en 2016, contre un peu plus de 2 milliards en 2009. Les principaux gagnants devant être les fournisseurs de services sans-fil, qui devraient sextupler leurs revenus sur cette période.

 

S'appuyer sur l'existant

 

« Ces acteurs offrent aux entreprises spécialisées dans l'énergie la possibilité de s'appuyer sur des infrastructures existantes plutôt que de construire et de gérer leurs propres réseaux », explique Bob Gohn, directeur de recherche au cabinet. Et d'ajouter : « Et alors que les coûts de service étaient jusqu'ici assez élevés, les opérateurs adoptent des politiques de prix plutôt agressives ». Selon le responsable, plusieurs freins restent cependant à dépasser. De nombreux fournisseurs d'énergie doutent encore, par exemple, de la capacité des opérateurs à fournir une couverture réseau apte à assurer la totalité de leur smart grid.

 

Des questions à éclaircir

 

Autre interrogation : celle de savoir s'ils assureront la disponibilité du service sur le long terme. Enfin, note le cabinet, plusieurs spécialistes de l'énergie estiment que les dépenses d'entretien des infrastructures publiques seront plus élevées que celles des réseaux privés, ce qui pourrait freiner les velléités de dépense.