Aujourd'hui, l'innovation est essentielle pour une entreprise dans un objectif de croissance et de différenciation. Et pour pouvoir innover, il faudrait tout simplement commencer par être convaincu de l'innovation en elle-même et de ses bienfaits et... l'organiser.

Interview de Jean Courcelle-Labrousse, consultant chez Sterwen, cabinet français indépendant 
de conseil en management.

L'Atelier: Actuellement, quels sont les freins à l’innovation?

Jean Courcelle-Labrousse: Au niveau de l’entreprise, et particulièrement dans le secteur bancaire, l’innovation peut être freinée à cause de l’humeur du moment, à savoir la rationalisation, à la baisse des coûts et à la conformité règlementaire. L’objectif actuel est la conformation, notamment dans le secteur des banques et de la finance. Il est important de différencier innovation continue et innovation de rupture. Pour cette dernière, cela dépasse le stade de l’individu et place l’entreprise et son ADN comme acteur majeur : elle suppose un programme accompagné d’un investissement. Concernant l’innovation continue, le frein se trouve très souvent au sein même de l’équipe, les managers ne reconnaissant pas toujours la capacité d’innovation de leurs collègues.

Comment faire naître le déclic de l’innovation?

Il est vrai que certaines personnes sont plus sujettes à innover que d’autres. L’innovation fonctionne grâce un cercle vertueux. Si un employé suggère à plusieurs reprises des idées, qui ne sont ni retenues ni valorisées, il se lassera et retournera à l’application habituelle de ses tâches. Le prérequis à l’innovation est d’être convaincu de l’innovation. Les entreprises doivent pour cela organiser l’oxygénation des managers : pour innover, ils ont besoin d’aller voir ce qui se passe ailleurs, de se rendre à des cercles d’innovation, de rencontrer des personnes qui vivent l’innovation au quotidien. Changer d’horizon permet de faire naître les idées.

Quel outil peut-on mettre en place à l’intérieur de l’entreprise pour favoriser l’innovation ?

On peut mettre l’accent sur les réseaux sociaux d’entreprise, qui favorisent l’innovation grâce à la mise en relation des employés. Les employés, qui ne se connaissent pas forcément entre eux, vont communiquer et échanger sur un sujet donné pendant une période donnée. Actuellement, les jeunes restent plus ouverts à l’utilisation de cet outil. Cet outil est révolutionnaire puisqu’il n’y a pas de hiérarchie : le "pouvoir"appartient à celui qui transmet l’information. Mais attention, l’outil ne fait pas tout : il faut d’abord convaincre de la nécessité d’innover et susciter l’envie de ces usages nouveaux.