La maîtrise technologique n'est pas l'unique condition du succès, mais plutôt la combinaison des différentes technologies. Analyse, social, mobilité, cloud et cybersécurité doivent ainsi aujourd'hui être pensés ensemble.

La performance tient à la combinaison de l'analytics, du social ou encore du mobile

Pour améliorer leurs performances, les entreprises ont tout intérêt à miser non pas sur plusieurs tendances mais sur leur combinaison, ces prochains mois. Selon Deloitte, qui publie un rapport sur le sujet, l'analyse des données, le social, la mobilité, le cloud et la cyber sécurité sont autant de "forces technologiques" qu'il faudra savoir faire fusionner. Si elles sont toutes les cinq connues aujourd'hui, le défi pour les années à venir est de les utiliser ensemble pour en maximiser l'impact. Les entreprises qui y parviendront seront alors en mesure d'optimiser les dix principales tendances technologiques qui sont les plus à même d'améliorer leurs performances dans les 18 à 24 mois à venir. Ces tendances ont été regroupées en deux catégories par Deloitte : les "disruptors" (perturbatrices) et les "enablers" (facilitatrices).

Des technologies bouleversantes

Les technologies "disruptors" sont celles qui peuvent créer des perturbations positives dans les capacités informatiques, les opérations commerciales voire les modèles d'affaires. C'est le cas, par exemple, du social business qui permet de créer de la valeur à l'intérieur comme à l'extérieur de l'entreprise dans la stratégie, le commerce ou l'échange d'information. C'est aussi l'éclatement de l'espace de travail qui impacte l'organisation d'une entreprise et la façon de travailler des salariés. En effet, les nouveaux outils tels que les tablettes permettent de travailler différemment: à toute heure, en tout lieu par exemple. Ces nouveaux outils, tels que des applications d'entreprise pour le travail, sont eux-mêmes influencés par l'autonomisation de l'individu. En effet, les collaborateurs cherchent de plus en plus à retrouver l'expérience qu'ils connaissent vis-à-vis de la technologie en tant que consommateur (Facebook) dans leur expérience professionnelle (RSE). La gamification, enfin, permet à l'utilisateur, par la distraction, de passer 50% plus de temps sur un site internet, ce qui peut impacter, par exemple, l'image et la connaissance d'une marque et de ses produits.

Des technologies à reconsidérer

D'autres technologies sont elles à reconsidérer car leur évolution peut induire de nouveaux bénéfices. C'est le cas, par exemple, du traitement de données dont la maitrise est importante. En effet, par exemple, recueillir de nombreuses suggestions pour une entreprise peut lui permettre d'améliorer la satisfaction de ses clients et leur fidélité. Or, le l'évolution technologique permet de traiter de mieux en mieux des données de plus en plus complexes. De même, le développement des outils permettent de mieux gérer la multiplicités des identités digitales - agrégation de profils sur un réseau social interne - permettant de favoriser la sécurité des informations sensibles. Ces évolutions touchent également l'architecture de l'entreprise qui, de plus en plus, doit décloisonner ses processus de travail, de collaboration et de prise de décision en les adaptant aux besoins des équipes ou services afin d'en optimiser les résultats.