Dans leur ensemble, les réseaux des trois opérateurs de téléphone mobile fonctionnent à peu près correctement. ° Itinéris devrait couvrir fin 1997, grâce à 6 000 relais environ, 96 % de la popul...

Dans leur ensemble, les réseaux des trois opérateurs de téléphone mobile fonctionnent à peu près correctement.

° Itinéris devrait couvrir fin 1997, grâce à 6 000 relais environ, 96 % de la population. La réception est assez bonne à l'intérieur des bâtiments. Les axes routiers sont bien couverts et des accords internationaux existent avec 46 pays. Cependant dans des secteurs très fréquentés comme La Défense ou certains arrondissements de Paris (VIIIè, Saint-Germain-des-Prés ...) on peut rencontrer quelques problèmes de saturation. Afin de résoudre ces problèmes, Itinéris devrait installer 500 microcellules cette année. On trouve toujours des trous dans des zones dites couvertes.

° SFR quant à lui offre une couverture à peu près semblable à celle d'Itinéris, sauf quelques exceptions dans le centre et l'est de la France. Des micro-cellules sont installées progressivement pour lutter contre la saturation dans les zones très fréquentées. La couverture est très étendue dans les zones touristiques (plus de 85 % du littoral français). De plus, certains halls d'exposition, des gares, des grands hôtels sont aussi couverts. Le trafic est peu saturé dans les villes et la réception est assez bonne à l'intérieur des bâtiments. Les axes routiers sont bien couverts, contrairement aux voies ferrées, et des accords internationaux ont été passés avec 43 pays. On trouve cependant quelques trous dans certaines zones.

° Pour Bouygues, son réseau est pour l'heure essentiellement urbain. Si fin 1997, 50 % de la population sera couverte (30 % aujourd'hui, soit le bassin parisien, les régions Rhône-Alpes et Côte d'Azur), il faudra attendre encore deux ans pour que ce taux passe à 90 %. Des accords récents permettent d'appeler et de se faire appeler en Allemagne, en Angleterre et en Suisse. Si on constate l'excellente qualité des communications , aucune saturation et une bonne pénétration dans les bâtiments, le réseau de Bouygues ne donne en revanche la priorité qu'aux villes et ne couvre pas systématiquement les axes routiers, ni les voies ferrées.

Chaque opérateur à bien sûr sa spécialité :

° En ville, le réseau Bouygues est le meilleur. La qualité des communications est excellente à part quelques trous dans les rues de plusieurs villes. Itinéris couvre toutes les villes de plus de 10 000 habitants et va, d'ici fin 1997, mailler plus étroitement des zones à fort trafic comme Paris. SFR couvre 95 % des villes de plus de 10 000 habitants. Déjà sur Paris et Nice, bientôt sur Marseille et Lyon, l'opérateur a commencé le maillage étroit des zones à fort trafic.

° Sur l'autoroute : Itinéris devrait à la fin de cette année avoir achevé la couverture totale des autoroutes françaises, sans nécessiter pour autant la pose pour les abonnés d'une antenne exérieure. SFR couvre à l'heure actuelle 98 % environ du réseau autoroutier. D'ici à la fin 1997, le tronçon manquant entre Montpellier et Clermont-Ferrand (A 75) devrait être opérationnel. Chez Bouygues, ce n'est pas une priorité, on ne peut appeler de sa voiture que sur les seules autoroutes situées dans les zones où l'opérateur est présent.

° Sur les routes : Selon Itinéris, toutes les routes reliant les villes de 10 000 habitants et plus sont entièrement couvertes ainsi qu'un grand nombre de zones rurales. 85 % des routes nationales (23 000 km environ) sont couvertes par SFR. On arrive à près de 300 000 km si l'on inclut les routes départementales. Chez Bouygues, comme pour les autoroutes, on ne peut appeler que sur les routes nationales situées dans les zones de présence de l'opérateur.

° Dans les zones touristiques : Par rapport à Itinéris, SFR a une légère avance en couvrant environ 85 % du littoral ainsi que la plupart des stations de sport d'hiver. L'infrastructure d'Itinéris se renforce dans les régions Provence-Alpes-Côte d'Azur et Languedoc-Roussillon ainsi que dans les zones touristiques très fréquentées par les étrangers. Pour l'instant, on ne peut téléphoner avec un appareil Bouygues que sur la côte Normande et la Côte d'Azur. Il faut attendre la fin de l'année pour que les autres zones touristiques soient équipées.

° A l'intérieur des bâtiments : Bien qu'aucune étude n'ait été réalisée officiellement, selon le magazine "50 Millions de consommateurs", le réseau Bouygues l'emporte largement. Itinéris permet de téléphoner dans 85 % des pièces disposant d'une ouverture sur la rue (fenêtre par exemple). Chez SFR, on affirme également qu'il est possible de téléphoner dans 85 % des pièces disposant d'une ouverture à l'extérieur. Ce taux devrait atteindre 90 % en 1998.

° Dans le train : Itinéris possède là une longueur d'avance en couvrant de bout en bout les liaisons TGV Paris-Lille et Paris-Lyon. Progressivement, en fonction des accords avec la SNCF, le reste du réseau sera couvert sans qu'aucune date toutefois ne soit précisée. A partir de l'été 1998, il sera possible, selon SFR, de téléphoner à bord de tous les TGV et tous les trains rapides. Aucune prévision n'est donnée par Bouygues, le train n'étant pas une priorité. Il n'est possible de téléphoner que dans les trains circulant aux abords des villes.

° Dans le métro : officiellement, Bouygues Télécom serait le seul à avoir couvert la salle d'échange et les quais de la station Auber à Paris. Pas de décision pour le moment pour les autres stations. Itinéris ne précise pas si les tests effectués actuellement dans le métro parisien sont positifs. Toutefois, il se pourrait que les stations soient couvertes assez rapidement. Bien que ce ne soit pas officiel, certaines stations sont déjà couvertes à titre expérimental par SFR. Bientôt la décision concernant les quais des stations devrait être prise.

Pour conclure, dans bien des cas, Itinéris et SFR sont au coude à coude et d'ici un à deux ans auront comblé leurs lacunes. Il faudra attendre un peu plus pour Bouygues Télécom. (L'Essentiel du Management de juin 1997)