Les petites et moyennes entreprises s'intéressent de plus en plus aux applications hébergées leur permettant de mieux gérer leur stratégie commerciale. Elles pourraient profiter de la concurrence accrue du secteur.

Les PME européennes se tournent vers les applications dans les nuages

L'adoption de services mobiles basés dans les nuages devrait connaître une croissance significative chez les petites et moyennes entreprises européennes, d'après une étude d'AMI Partners. Le marché de ces applications mobiles pourrait potentiellement atteindre 13 milliards de dollars en prenant en compte les 11 millions de PME en France, Allemagne, Italie, Espagne et Royaume-Uni. Selon Lorenza Brescia, EMEA Cloud Services Director chez AMI Partners : "Les PME expriment un vif intérêt pour tous les services mobiles liés au cloud, surtout ceux permettant d'établir de meilleures stratégies de management : les applications de relation client ou de "business intelligence" par exemple".

Des solutions personnalisées pour convaincre les entreprises

Le plus important sera de proposer les solutions les plus adaptées au besoin de chaque entreprise, en plus des traditionnelles applications vocales et de transfert de données. "La capacité de créer des applications de management performantes pour smartphones et tablettes facilitera et accélérera leur adoption dans des milieux professionnels", prédit Lorenza Brescia. Selon le cabinet, cet engouement est à mettre en relation avec la bataille actuelle pour la suprématie dans le monde des smartphones et des tablettes : acquisition de Motorola Mobility par Google, lancement de nouveaux smartphones économiques par Nokia et Samsung, arrêt de la production de matériel basé sur le WebOS d'HP.

Une redistribution des cartes liée à l'actualité

Si le rachat de Motorola par Google devrait permettre à la firme d'enrichir son écosystème Androïd, cela devrait également renforcer la compétition dans les domaines du développement et de la distribution d'applications mobiles, y compris sur les téléphones adoptés par les PME européennes. Puisque les prochains smartphones Motorola feront probablement tourner des applications natives de Google, les autres partenaires d'Androïd (HTC, Samsung, Sony...) pourront sans doute développer de nouvelles solutions attractives. Les fabricants de téléphones portables pourraient également se tourner vers Microsoft et son Windows Phone pour diversifier leurs portfolios, loin de la neutralité menacée d'Androïd. A noter que les PME européennes devrait dépenser plus de 3 millions de dollars en 2011 dans l'acquisition de smartphones. Ce chiffre pourrait atteindre 4,927 millions en 2015.