Les spécialistes des nouvelles technologies posséderaient une réelle volonté d’innovation qu’ils ne trouveraient pour l’instant pas assez dans les grandes structures.

PME et startups ont la préférence des spécialistes de l’informatique

Les grandes multinationales n’auraient plus la cote auprès des professionnels du domaine des nouvelles technologies. C’est en tout cas ce que semblent indiquer les résultats de deux études distinctes de deux entreprises spécialistes du recrutement, Robert Half Technology et Brightwater Recruitement. Si la première avance que les entreprises moyennes sont davantage sollicitées par les experts à hauteur de 60%, la seconde dévoile au contraire que ce sont les startups qui attirent le plus, pour 45% des salariés. Dans les deux cas, les cabinets de recrutement remarquent une propension des experts du domaine à se tourner vers des entreprises proposant plus de défis et donnant plus de place à l’innovation dans leur quotidien professionnel.

Les PME et leur apport de sécurité

Plus précisément, les analystes de Brighwater Recruitement, entreprise s’adressant par ailleurs au marché de l’emploi irlandais, ont constaté que seuls 15% des professionnels IT seraient intéressés par les multinationales contre 35% l’année dernière. De son côté, Robert Half s’arrête sur un chiffre de 24% des professionnels interrogés. Les deux cabinets se rejoignent également sur l’engouement pour les PME, qui offriraient plus de sécurité concernant l’emploi. C’est en tout cas, l’argument principal qu’avancent 51% des professionnels interrogés par Robert Half et une majorité d’ingénieurs en informatique pour Brightwater. Et c’est également cette sécurité de l’emploi qui fait que les résultats des deux études divergent sur l’avis de professionnels dans le fait de se lancer dans l’environnement entrepreuneurial des startups.

Les startups, un risque difficile à prendre ?

Ainsi, Robert Half, à la différence de son concurrent, dévoile que seuls 16% des professionnels IT semblent intéressés par les startups. La raison : un manque de stabilté et de structure, qui toutefois attirent quand même un certain nombre de spécialistes (34% des 16% précédent). Pourtant, pour les sondés de Brightwater Recruitement, et plus particulièrement les développeurs, rejoindre une startup n’apparaît actuellement pas comme un trop grand risque à prendre du fait des nombreux postes disponibles sur le marché dans leur domaine. “L’accès à de nouvelles technologies, de nouvelles formes de travail et de nouvelles expériences sont les facteurs clés pour attirer et conserver les professionnels du secteur” explique Hugh McCarthy, manager dans la division informatique de Brightwater, et ce, bien avant la sécurité de l'emploi, apparemment.

Rédigé par Aurore Geraud
Responsable éditoriale