Selon le cabinet d'études Strategy Analytics, les formules "prépayées" ont conquis, en moins de deux ans, un quart des clients du téléphone mobile. Ce système permet d'avoir un téléphone portable, s...

Selon le cabinet d'études Strategy Analytics, les formules "prépayées" ont conquis, en moins de deux ans, un quart des clients du téléphone mobile. Ce système permet d'avoir un téléphone portable, sans s'abonner pour un an et payer un forfait mensuel. Il suffit d'acheter un mobile (de 690 à 1 490 F en coffret) et une recharge valable deux mois après sa mise en service pour l'utiliser. On peut conserver son numéro et être appelé pendant plusieurs mois (un an chez SFR), même sans acheter de recharge. Or, les recharges reviennent très chères, entre 2,40 et 4,80 F la minute, contre 1 à 2 F avec un forfait.

France Télécom a annoncé hier une baisse de 12,5 % des tarifs de sa Mobicarte et le lancement de nouvelles offres à compter du 8 mars. Chaque client Mobicarte pourra choisir entre trois "plans tarifaires". "Mobicarte classique" proposant la minute à 4,20 F TTC s'adresse aux utilisateurs ne sachant pas quand ils vont téléphoner. "Mobicarte jour" permet de téléphoner à prix réduit dans la journée. La minute en semaine coûte 3,60 F de 8 h à 20 h. Enfin, "Mobicarte soir et week-end" permet de téléphoner le soir dès 20 h, les week-ends et jours fériés à 2,40 F la minute. Un nouveau pack de 1 490 F permettra d'obtenir un téléphone haut de gamme (le StarTac de Motorola). France Télécom est bien décidé à élargir l'audience du portable sans abonnement, touchant jusqu'ici essentiellement les jeunes. Directeur commercial de France Télécom Mobiles, Didier Quilliot indique "nous nous adressons à tous ceux qui ne veulent pas s'engager quels que soient leur âge et leur catégorie socioprofessionnelle" en ajoutant "1999 marquera le développement majeur de la carte prépayée en France".

De leur côté, SFR et Bouygues Télécom devraient lancer, dans les semaines à venir, une nouvelle formule. Possédant déjà deux offres (Entrée libre et Direct Live), SFR confirme "nous misons beaucoup sur ce marché. On assiste à un vrai phénomène de société : les gens veulent garder leur liberté".

Bien que la formule soit moins avantageuse pour les opérateurs qu'un abonnement d'un an assurant un revenu mensuel régulier, elle reste rentable, les coûts de facturation et de service clientèle étant proches de zéro.

Les cartes rechargeables dans la plupart des autres pays européens représentent déjà plus de la moitié du marché, jusqu'à 85 % au Portugal et en Italie. Les opérateurs français entendent bien profiter de ce marché pour toucher de nouveaux clients. (Le Parisien - Les Echos - La Tribune - Le Figaro - 05/03/1999)