services intelligents. Selon une enquête réalisée en France par Mori/Demoscopie pour AirFlash, fournisseur de plates-formes de développement d’applications Internet mobiles liées à l’emplacement d...

services intelligents. Selon une enquête réalisée en France par Mori/Demoscopie pour AirFlash, fournisseur de plates-formes de développement d’applications Internet mobiles liées à l’emplacement de l’utilisateur, auprès de 1 000 personnes, 59 % des possesseurs de téléphones mobiles sont intéressés par les services liés à l’emplacement de l’utilisateur de téléphone mobile (guidage en ville, recherche de cinémas, de restaurants et de services, offres commerciales de proximité, …). 44 % d’entre eux sont mêmes prêts à changer d’opérateur pour pouvoir y accéder. 26 % pensent changer d’opérateur avant que les services soient opérationnels. Pour 52 % des personnes intéressées par des services liés à l’emplacement de l’utilisateur, le service jugé le plus attrayant est celui permettant de trouver rapidement le service le plus proche (cinémas, distributeurs de billets, stations-services …). 46 % des personnes interrogées aimeraient aussi pouvoir partager les informations avec des amis et leur indiquer où ils se trouvent. 44 % des utilisateurs potentiels seraient rassurés de pouvoir situer la station de taxis ou le service d’urgence le plus proche. 36 % des sondés aimeraient commander un cadeau ou réserver un restaurant à la dernière minute. 14 % des personnes intéressées par ces services seraient prêtes à payer 60 F ou plus par mois. 20 % des utilisateurs intéressés par ces services refusent de voir leur forfait augmenter. 52 % des personnes intéressées par ces services aimeraient recevoir des offres de dernière minute à prix cassés. 36 % apprécieraient de recevoir des informations sur des services de proximités, 29 % sur des promotions dans des grands magasins. 20 % seulement ne souhaiteraient pas recevoir de tels messages. Cette même enquête a été menée simultanément en Grande-Bretagne et en Allemagne où elle dégage des conclusions comparables. (Christine Weissrock – Atelier BNP Paribas – 2/02/2001)