La semaine passée, Cegetel et Completel ont, dans la foulée du britannique Colt, ouverts à Lyon leurs boucles locales pour proposer aux entreprises des services alternatifs à ceux de France Télécom ...

La semaine passée, Cegetel et Completel ont, dans la foulée du britannique Colt, ouverts à Lyon leurs boucles locales pour proposer aux entreprises des services alternatifs à ceux de France Télécom (25 boucles). Si Cegetel a investi 10 millions de F dans un réseau de 4,5 km, Completel affirme avoir dépensé 10 fois plus dans 22 km d'infrastructures. Jérôme de Vitry, le PDG de Completel, indique "Lyon est la première ville où l'on opère de façon totale : téléphonie, Internet et bandes passantes multisites. Nous voulons nous démarquer du centralisme français". De son côté, l'américain WorldCom a investi cent millions de F pour une vingtaine de km de fourreaux. D'autres réseaux se finalisent. Bien que la mutualisation des réseaux imposée par le Grand Lyon soit jugée contraignante, elle satisfait le plus grand nombre. Directeur opérateur local de la branche entreprises de Cegetel, Laurent Simon-Duneau, indique "ils ont instauré une espèce de police des sous-sols et quand un de nous veut construire une boucle, les autres sont consultés pour savoir ceux qui veulent passer au même endroit. C'est éviter de percer deux fois la chaussée". Quarante opérateurs sont ainsi répertoriés à Lyon. Beaucoup sont des "rerouteurs", louant un local et revendant des minutes achetées à France Télécom. Directeur régional de MCI WorldCom, Denis Perret, indique "la concurrence est aussi nombreuse qu'à Paris, mais elle est plus vive. Le marché lyonnais a démarré il y a six mois et chacun veut mettre les bouchées doubles. De surcroît, tout se sait très vite et la moindre baisse consentie à une entreprise fait immédiatement le tour de la ville. Les tarifs sont tirés vers le bas et il y aura des victimes". (Les Echos - 21/06/1999)