Le ministre de l'Economie, Laurent Fabius a dévoilé hier le montant que chaque candidat aux futures licences UMTS devra débourser : pas moins de 32,5 milliards de F. Quatre licences au total seront ...

Le ministre de l'Economie, Laurent Fabius a dévoilé hier le montant que chaque candidat aux futures licences UMTS devra débourser : pas moins de 32,5 milliards de F. Quatre licences au total seront attribuées. L'Etat récoltera ainsi 130 milliards de F qui seront utilisés pour financer en partie les retraites. Alors que Laurent Fabius juge cette "solution raisonnable et équitable", les trois opérateurs de téléphonie mobile, SFR, Itinéris et Bouygues Telecom jugent ce prix "très cher". Les candidats seront choisis sur dossier. Les licences seront attribuées pour quinze ans début 2001 en vue d'une ouverture des nouveaux services au cours de 2002. Les candidats retenus devront débourser dès les deux premières années un droit d'entrée de 16 milliards de F, puis un milliard par an pendant 13 ans. Dans un communiqué, l'ART se félicite de l'ouverture prochaine du marché de téléphonie mobile de troisième génération. Les dispositions annoncées par le Gouvernement relatives aux modalités de sélection des opérateurs (soumission comparative) et au nombre d'autorisations (4) correspondent aux propositions de l'ART. Elle sont similaires à celles retenues dans plusieurs autres pays européens comme l'Espagne, le Portugal, la Suède, la Finlande et la Norvège. Cette nouvelle norme offrira des débits très supérieurs à ceux disponibles aujourd'hui, ce qui permettra de développer l'échange de données sur les réseaux mobiles, de créer les conditions d'un plus large accès à Internet et de contribuer à la mise en place de la société de l'information. (Voir aussi les articles parues sur le sujet dans les quotidiens, notamment Les Echos, la Tribune, Libération, le Figaro ... ). (Christine Weissrock - Atelier BNP Paribas - 07/06/2000)