Les grands prestataires comme Amazon, Google et Yahoo! occupent une position de plus en plus centrale, notamment parce qu'ils enrichissent leurs interconnexions. Fait qui transforme la topologie du réseau mondial.

On assiste à une véritable remise à plat de l’infrastructure Internet. La topologie de la toile mondiale se modifie depuis cinq ans. C’est le constat de Yuval Shavitt et Udi Weinsberg, deux universitaires de Tel Aviv, spécialisés en ingénierie électrique. Pour cerner l’évolution du réseau mondial, ils viennent de publier le compte-rendu de leur analyse des interconnexions, une étude qui décortique les ramifications des opérateurs et grands prestataires de contenus en ligne, les échanges de trafics entre pairs, l’étendue géographique de chaque segment et la diversité de leur voisinage réseaux. Il y a cinq ans, on notait trois niveaux principaux : les réseaux étendus de niveau 1 chargés du transit global, les réseaux de niveau 2 des Fournisseurs d’Accès Internet et les réseaux d’extrémité des consommateurs et des producteurs de contenus.

Une hiérarchie bouleversée

Qu’est-ce qui change à présent ? Les réseaux des grands prestataires de contenus comme Amazon, Facebook, Google, MSN et Yahoo! étoffent leurs interconnexions, principalement avec les points d’échange Internet (les GIX, Global Internet eXchange ou IXP, Internet Exchange Point). Moins dépendants des réseaux de transit de niveau 1, ils occupent une position désormais plus centrale sur la toile. En contrepartie, les réseaux de niveau 1 perdent progressivement de leur suprématie. Cette perte de pouvoir des opérateurs de transit apparaît nettement sur les graphiques du rapport. Ils révèlent les modifications de trafics et d’interconnexions entre réseaux depuis cinq ans. Les implications directes concernent les choix des systèmes raccordés à Internet, leur connectivité et sur leur profitabilité. Cerner et comprendre ces tendances peut aider à améliorer les fondations d’Internet, notamment les modèles de croissance et l’analyse des trafics réseaux.

Un écosystème transformé

L’écosystème Internet est transformé. En pratique, “les grands fournisseurs de contenus s’arrangent pour gravir dans la hiérarchie du réseau mondial, ce qui leur permet d’améliorer les services diffusés à leurs clients tout en réduisant leurs coûts”, expliquent les universitaires. Leur rapport examine les tendances observées sur les chemins d’accès (traceroot) aux plates-formes de contenus. Il démontre la mainmise de quelques groupes, opérateurs et prestataires de contenus, sur le réseau public. La preuve est apportée par une photographie instantanée du réseau déclenchée, tous les trois mois, entre fin 2006 et début 2011. Elle permet d’établir des graphes et de comparer les systèmes autonomes raccordés à Internet en détaillant leurs interconnexions.