Accéléromètre et reconnaissance audio intégrée permettent de penser d'autres fonctionnalités, notamment dans la prise en charge à distance des personnes âgées et la prévention des risques.

Les récentes fonctionnalités des smartphones les transforment en capteurs constants

Accéléromètre, gyroscope, caméras, GPS, compas digital ou microphone sont devenus courant au sein des smartphones et permettent l'émergence d'applications toujours plus complexes et reliées aux expériences physiques de l'utilisateur. Souvent développés pour leur potentiel ludique ou utile dans la vie de tous les jours, ces outils peuvent aussi à l'insu de l'utilisateur, enregistrer des données importantes sur les activités de l'utilisateur. Une étude menée de front par le Laboratoire Deutsche Telekom et l'Université Technologique de Nanyang met ainsi en lumière l'utilisation qui peut être faite de ces données dans la gestion à distance des activités physiques, particulièrement auprès des personnes âgées, ainsi que dans la reconnaissance sécurisée de l'utilisateur.

L'empreinte mobile

Sur le modèle de ce que les objets connectés proposent déjà beaucoup dans le domaine du sport et du bien-être, les chercheurs proposent d'utiliser les outils de mesure déjà présents au sein des smartphones afin de les transformer en capteur constant. Si on peut s'inquiéter d'une surveillance constante de nos activités, l'utilité pourrait en dépasser les risques. Grâce notamment à l'accéléromètre, l'équipe germano-singapourienne a été capable de reconstruire le schéma d'activité d'une personne, que ce soit marche ou repos. Par le biais d'un système spécialement développé pour le projet, le programme ActivityMonitor, les données peuvent être reçues et traitées en direct en utilisant la réception d'information par capture d'écran pour réduire le trafic sur le serveur. Après avoir analyser un certain nombre de données, le système est à même de produire un schéma d'activité purement individuel permettant de reconnaître activité normale et statistiquement anormale. Il permettrait ainsi de pouvoir faire apparaître des déviations dans ces schémas, le changement dans le schéma de marche étant par exemple un signe avant coureur de nombreuses pathologies touchant les personnes âgées.

De possibles retombées structurelles

L'adjonction d'informations audio enregistrées par les smartphones pourrait permettre par extension d'offrir une meilleure sécurisation du smartphone. Les constructeurs seraient ainsi capables d'intégrer au sein de leurs appareils un processus de sécurisation à plusieurs étapes, permettant par exemple lors de la détection d'un schéma de mouvement ou audio anormal de demander à l'utilisateur de se ré-identifier pour vérification. La plupart de ces utilisations détournées des outils présents au sein des smartphones existe déjà au stade plus ou moins embryonnaire sur le marché des applications. L'apport cependant de cette étude tient à la rigueur scientifique de l'analyse, permettant d'en légitimer les résultats. En l'occurrence surveillance des personnes âgées comme sécurisation sont des mesures qui pourraient être mises en places non pas tant par les particuliers que les organisations ou entreprises qui nécessitent de rigoureuses études.

Rédigé par Quentin Capelle
Journaliste