Fusion des mots "recrutement" et "entertainment", le "recrutainment" commence à faire son apparition depuis quelques années dans les méthodes d'embauche des start-up et des entreprises françaises. Cette nouvelle manière de recruter propose de faire jouer un candidat pour l'évaluer. Le but est de tisser un lien étroit, spontané, presque intime, et en tout cas complice, avec celui ou celle qui postule, afin de mieux cerner sa personnalité et son potentiel.

Le recrutainment : l'embauche par le jeu

Ce recrutement hors des sentiers battus s'appuie sur différents types de jeux pour obtenir les résultats espérés : depuis la construction de Lego, en passant par le traditionnel jeu de rôle, mais aussi le sport, les escape games et les mises en situations. Un véritable tsunami qui bouscule les codes figés des ressources humaines et permet une plus grande inclusion professionnelle. En faisant voler en éclat la barrière du CV, en décomplexant les entretiens, en changeant d'approche, en dynamitant les normes, le recrutainement donne sa chance à des candidats qui auraient été, en temps normal, mis dès le début de la partie sur la touche. Car le but ici est d'ouvrir le prisme au maximum pour avoir une vision globale d'un individu et mesurer de façon pertinente son adéquation avec l'entreprise, afin de recruter mieux et différemment.

Sortir des sentiers battus...

La start-up Origamix, fondée par Matthis Pierotti et Cyril Lepetit il y a dix ans, s'est donnée pour mission de "réenchanter le recrutement". Selon eux, les processus figés et standardisés utilisés par les entreprises pour tester les candidats sont un désavantage pour les futurs recrutés, qui se sentent tributaires d'un corpus de réponses préfabriquées, d'éléments de langage, de postures et d'attitudes qui ne correspondent pas à leur personnalité mais qu'ils ont l'obligation de maîtriser en entretien. Le poste reviendra à celui qui saura le mieux réciter sa "leçon", pas à celui qui est nécessairement le plus apte à l'occuper. Du côté des recruteurs, ces processus figés représentent un véritable handicap. En se retrouvant en face de quelqu'un qui ne se dévoile pas réellement mais qui essaye de coller aux standards d'intelligence sociale de l'entreprise et du poste auquel il postule, le recruteur n'a pas les bonnes cartes en main pour prendre une décision.

Regard d'expert

Julien Favre

Cofondateur de Gekko SAS

Le recrutement par le jeu met en avant beaucoup plus vite les soft skills...

Les même recettes de cuisine, employées à quelques variantes près à peu près partout, ont comme point commun de ne pas être adaptées et efficaces pour le candidat comme pour le recruteur. Le recrutement se limite alors à un rapport déshumanisé et biaisé dès le départ, qui ne peut permettre que rarement d'aboutir à un résultat réellement satisfaisant. De plus, dans un monde en perpétuelle évolution, ces processus apparaissent de moins en moins en phase avec leur époque. Julien Favre, Directeur Générale de Gekko, une entreprise informatique spécialisée dans le cloud qui a fait le choix de recruter différemment, nous précise : "Le recrutement par le jeu met en avant beaucoup plus vite les soft skills. Or, dans un monde technologique en pleine mutation, la clé d’un recrutement ne réside plus dans un spectre de compétences à un instant T mais bien dans une capacité à s’adapter, à apprendre, à collaborer et à partager."

...pour révéler les potentiels

A l'heure où l'agilité est devenue une qualité première, le binôme CV + entretien semble plus que jamais appartenir au vieux monde. Comment faire alors pour recruter sans se tromper ? Pour répondre à cette problématique, Origamix met au point des jeux sur mesure, adaptés à chaque entreprise, et les anime pour identifier les talents qui correspondent le mieux au poste à pourvoir grâce à une série de scénarios qui permettent de mettre en évidence certaines qualités précises. Par exemple, le jeu "Evasion Spatiale" projette le candidat dans un vaisseau naviguant dans l'espace où il a pour mission de récupérer de précieuses données. Mais soudainement pris au piège, il lui faut trouver un code qui lui permettra de s'évader dans un temps imparti. D'après Origamix, "Evasion Spatiale est l’escape game qui vous permettra de repérer avec certitude les profils dotés d’une puissante capacité d’analyse, de raisonnement logique et de synthèse, pouvant aussi démontrer des qualités de flexibilité et de réactivité dans un environnement complexe.

"Le recrutement par le jeu permet à quasiment tout le monde d’intégrer le processus de recrutement et de démontrer sa vraie valeur." Julien Favre - DG de Gekko

Life @ work

Les RH expérimentent de nouveaux outils de recrutement et de...

Archive Mai 2015

Ici, personne n'ira vérifier si le candidat possède des diplômes en mathématiques, la matière universitaire qui est censée développer la capacité d'analyse et de raisonnement logique. C'est un test ancré dans la réalité qui permet par la pratique de révéler ces qualités. C'est donc un outil de recrutement fondamentalement démocratique, comme le confirme Julien Favre : "Le recrutement par le jeu permet à quasiment tout le monde d’intégrer le processus de recrutement et de démontrer sa vraie valeur." D'autres jeux créés par Origamix permettent "d’identifier les talents capables de diriger des équipes tout en trouvant des solutions constructives pour réaliser des objectifs complexes", de "repérer des profils entrepreneurs devant évoluer dans l’incertain", de "mesurer la capacité à prendre des risques et à agir en autonomie " ou encore de "mettre en valeur les négociateurs les plus flexibles, capables de réaliser des objectifs ambitieux tout en ayant le sens de l'écoute ". Une gamme très riche de solutions qui couvrent une grande partie des besoins classiques en ressources humaines des entreprises. 

Inclure plutôt qu'exclure

L'inclusion au coeur du jeu

L'idée que le jeu est un puissant facteur pour mettre en lumière la personnalité et les compétences d'un candidat s'est progressivement imposée grâce aux progrès des neurosciences, qui ont démontré le rôle primordial des activités ludiques dans l'acquisition des connaissances. Pauline Garric, coach en ressources humaines chez Benext, une start-up spécialisée dans le recrutement par le jeu, précise que "l'être humain est fait pour apprendre en s'amusant. On apprend bien plus de choses sur un candidat en jouant, et ce même à des jeux en apparence très basiques, plutôt qu’en lui posant des questions sur son CV." Chez Benext, l'idée qu'il est possible de travailler autrement, et donc de recruter autrement, fait partie intégrante de l'ADN de la start-up. Pauline Garric précise encore que "le recrutement par le jeu casse la formalité d’un entretien où chaque rôle est attribué à l’avance. On ose sortir des carcans et un climat bienveillant, créatif et innovant s'opère." 


Rédigé par Arnaud Pagès
Journaliste indépendant, spécialisé dans les nouvelles technologies