Pour France Télécom, l'heure est venue de dresser le bilan de l'année 2003. Sur l'année, l'opérateur historique annonce un chiffre d'affaires en hausse de 3,4% en données pro forma, mais en...

Pour France Télécom, l’heure est venue de dresser le bilan de l’année 2003. Sur l’année, l’opérateur historique annonce un chiffre d’affaires en hausse de 3,4 % en données pro forma, mais en baisse de 1,1 % sur un an, à 46,1 milliards d’euros. C’est au dynamisme des activités mobiles et Internet que France Télécom doit ces résultats, sa filiale mobile Orange ayant enregistré un chiffre d’affaires en hausse de 9 %, à 17,9 milliards d’euros. Fin 2003, Orange avait à son actif près de 50 millions de clients.
Autre dynamisme à prendre en compte, celui de Wanadoo, qui avec près de 2,5 millions de clients haut débit en Europe réalise une croissance de 26 % de son chiffre d’affaires. Et France Télécom a comptabilisé que les revenus du groupe liés à l’ADSL (3 millions de ligne fin 2003) avaient augmenté de 88 % en France, à 744 millions d’euros.
En revanche, du côté des lignes fixes, le chiffre d’affaires a reculé de 5,6 % sur l’ensemble de l’année 2003, à 21,7 milliards d’euros. L’opérateur historique conserve cependant 75,8 % de parts de marché sur les appels locaux ; cette proportion passe à 61,8 % sur les appels longue distance.
La politique rigoureuse menée par la direction de France Télécom permet de réduire la dette du groupe, qui passe de 68 milliards d’euros fin 2002 à 45 milliards d’euros fin 2003. Pour ce qui est des objectifs de 2004, France Télécom souhaite une croissance à peu de choses près identique à celle observée en 2003, donc comprise entre 3 et 5 % du chiffre d’affaires.