Filiale de la SNCF et de Cegetel, Telecom Développement a réalisé en 2000 un chiffre d’affaires de 2,5 milliards de F, soit le double de 1999. La société a transporté l’an passé 71 millions de m...

Filiale de la SNCF et de Cegetel, Telecom Développement a réalisé en 2000 un chiffre d’affaires de 2,5 milliards de F, soit le double de 1999. La société a transporté l’an passé 71 millions de minutes de communications par jour, dont 30 millions de minutes Internet, contre 35 millions de minutes en 1999. Télécom Développement achemine aujourd’hui une minute de communication sur huit en France et 50 % des connexions Internet hors Wanadoo. Après avoir consolidé le réseau fibres optiques existant de la SNCF, ouvert le service pour le «7» et raccordé les commutateurs de SFR (MSC) pour reprendre son service longue distance, TD est également devenu opérateur de réseau pour les clients externes. TD possède en France 16 commutateurs. Son réseau comporte 18 000 km de fibres optiques, 200 points de présence et plus de 350 raccordements aux CAA de France Télécom. Pour 2001, la société table sur deux facteurs de croissance: le trafic à destination des mobiles et le développement du haut débit, qu’il soit sur réseau mobile avec le GPRS et l’UMTS, ou fixe avec l’ADSL nécessitant un réseau ayant de fortes capacités. Pour relever ce défi, TD va investir, notamment dans des «commutateurs de données» développés spécifiquement pour organiser l’acheminement des paquets, c’est-à-dire des données. Selon TD, 45 % du trafic en 2001 sera de la donnée (dont Internet) et 55 % de la voix. (Christine Weissrock - Atelier BNP Paribas – 26/03/2001