Actuellement, le monde des télécommunications est en pleine révolution. La libéralisation et l'effondrement des monopoles ainsi qu'une innovation technologique sans cesse renouvelée sont en train de...

Actuellement, le monde des télécommunications est en pleine révolution. La libéralisation et l'effondrement des monopoles ainsi qu'une innovation technologique sans cesse renouvelée sont en train de remodeler le paysage. En particulier, Internet entraîne une explosion du trafic de données. Ces échanges de données ne représentaient que 10 % du trafic total jusqu'en 1997. Selon certains spécialistes, le rapport sera inversé demain. Le trafic de la voix risque de devenir marginal. On assiste déjà à l'arrivée en force de nouveaux acteurs, opérateurs ou industriels, misant tout sur la technologie IP propre à Internet. Pris de court par ces bouleversements, les opérateurs historiques cherchent à moderniser leurs infrastructures. En effet, le modèle des télécommunications lui-même risque, à terme, d'être remis en cause. Ce ne seront plus des minutes qui seront vendues, mais de la vitesse. La course aux hauts débits ne fait que commencer. Les grossistes des télécommunications mutualisent l'investissement en construisant d'importants réseaux. Ils revendent ensuite de la capacité en cassant les prix. Stephen Young, consultant au cabinet londonien Ovum, affirme "les télécoms vivent un véritable tremblement de terre". Le haut débit ne se conçoit que de bout en bout. Or, aujourd'hui les derniers mètres des réseaux de télécommunications sont à la fois lents en engorgés. De nouveaux entrants misant sur des innovations profitent de cette situation. Pour fluidifier les réseaux à haut débit, les ingénieurs rivalisent de solutions de codage et de compression. Les aventures imaginées par Ubi Soft, conçues, dessinées et fabriquées aux quatre coins du monde, transitent sur différents réseaux à moyen et haut débit. (Dossier de cinq pages - Les Echos - 2/06/1999)