L'embauche de personnel informatique ayant atteint un niveau sans précédent en 2012, les entreprises vont devoir s'adapter à un environnement de plus en plus compétitif pour retenir leurs meilleurs salariés.

Le secteur technologique redouble d'efforts pour garder ses salariés

L'inquiétude cette année dans le secteur des nouvelles technologies ne se concentre plus sur la crise. En effet, 56% des dirigeants du secteur estiment que l'économie va mieux. D'ailleurs, ceux-ci envisagent à 43% d'augmenter leur équipe informatique en 2012, une augmentation de 13% par rapport à l'année dernière. Seul point noir au programme donc, selon Protech, spécialiste du recrutement : les dirigeants seraient inquiets de voir partir leurs salariés. Ainsi, pour la première fois depuis 2006, ceux-ci considéreraient le maintien de leurs salariés au sein de leur entreprise comme une priorité stratégique.

Raisons pour un départ anticipé

En effet, une majorité de 57% avoue craindre de voir s'échapper leurs meilleurs éléments en 2012. Soit 14% de plus que l'année d'avant. Les raisons possibles de cette "fuite de cerveaux" ? Toujours selon les dirigeants, 58% estimeraient que cela serait lié en priorité à l'offre d'un salaire plus attractif. 17% pensent que les salariés se verront proposer un environnement de travail ou une culture d'entreprise plus en accord avec leurs attentes. Et enfin, 9% pensent que cela serait lié à un manque de formations proposées par l'entreprise. Et à égalité avec 8% chacun, à l'existence d''un manque d'évolution possible ou de stimulation dans leur poste.

Solutions pour retenir le salarié

Cette inquiétude se matérialise clairement lorsque l'on se penche sur les tendances du secteur de l'année 2011. Tout d'abord, on constate une augmentation de 40% du nombre de formations techniques et professionnelles proposées par les entreprises ainsi qu'une augmentation moyenne du salaire s'élevant à 3.5% alors qu'elle n'était que de 2% en 2010. Ces chiffres mettent clairement en avant le souhait des entreprises d'offrir des perspectives de travail plus intéressantes pour les salariés. En ce qui concerne l'embauche, on dénote une augmentation de 21% des emplois à durée indéterminée par rapport à des postes à mi-temps. Dénotant donc une volonté des entreprises d'inscrire dans la durée leur collaboration avec leurs salariés.