Filiale française du consortium Unisource, l’opérateur de télécommunications Siris, après avoir été pendant longtemps un simple fournisseur de services de télécommunications pour les multinationales...

Filiale française du consortium Unisource, l’opérateur de télécommunications Siris, après avoir été pendant longtemps un simple fournisseur de services de télécommunications pour les multinationales, entend bien, avec le lancement de son réseau téléphonique via le préfixe “2” profiter du marché des particuliers. Après le domaine du transport des données, Siris vise le marché de la voix (téléphone classique). Son directeur général, Olivier Campenon prévoit “en 1998, la voix devrait représenter 40 % de notre chiffre d’affaires. Et 65 % en 1999”. Depuis le lancement hier du “2”, 50 % des entreprises françaises peuvent utiliser directement les services de Siris pour les communications longue distance et internationales. Pour déployer son propre réseau de télécommunications sur le territoire français, Siris va investir d’ici à la fin de 2000, 1 milliard de F. Son chiffre d’affaires devrait se situer cette année aux alentours de 400 millions de F, l’objectif étant d’atteindre pour 2000 le milliard de F. Siris souhaite adosser ses efforts de vente directe (grands comptes, certaines PME) à des partenaires afin de mieux répondre à la diversité des clients (PME et marché résidentiel). Pour 1999, Siris prévoit que près de 30 % de son chiffre d’affaires “voix” seront réalisés en direct, 10 % via des distributeurs (SSII, installateurs) et 60 % via des partenaires qualifiés “de partenaires industriels”. Ceux-ci sont en fait de nouveaux opérateurs de télécommunications ne bénéficiant pas de leur propre infrastructure. Ils achèteront en gros à Siris des minutes de communication. Ayant décidé de bâtir rapidement son réseau et bénéficiant d’un préfixe à 1 chiffre, Siris a déjà séduit Kertel (filiale du groupe PPR) et First Telecom (spécialiste des appels internationaux). Des groupes de distribution et Infonie pourraient faire de même prochainement. Selon Siris, d’ici à douze mois, entre 300 000 et 500 000 clients pourraient utiliser de manière régulière le “2” dont 50 000 professionnels seulement. Après Cegetel qui commercialise le service “7” auprès du grand public et des résidentiels, Omnicom qui vend des services aux PME avec son “5”, Siris est le troisième opérateur à ouvrir la commercialisation d’un service de télécoms par le biais d’un préfixe à un seul chiffre. Esprit Telecom (le “6”) et Tele 2 (le “4”) devraient ouvrir leurs services d’ici à la fin de l’année. (Les Echos - la Tribune - Le Figaro - 23/09/1998)