Si la première génération des constellations de satellites à orbite basse (Iridium, Globalstar) ou moyenne (ICO) visait les mobiles, la seconde (Skybridge et Teledesic) s'adresse aux installations f...

Si la première génération des constellations de satellites à orbite basse (Iridium, Globalstar) ou moyenne (ICO) visait les mobiles, la seconde (Skybridge et Teledesic) s'adresse aux installations fixes à hauts débits, essentiellement les entreprises. La mise en service de Skybridge (80 satellites) est prévue pour 2001, celle de Teledesic (280 satellites) pour 2003. Un appel d'offres sera lancé par Skybridge pour sélectionner les dix à douze industriels (et les sous-traitants) devant fournir le segment spatial et les terminaux. Le consortium définira les stations terriennes qui resteront à la charge des opérateurs amenés à distribuer les services. Skybridge doit encore recevoir l'aval définitif sur l'utilisation des fréquences dans la bande KU (de 10 à 18 GHz). En effet, les opérateurs de satellites géostationnaires utilisant ces fréquences jugeaient que leurs systèmes risquaient d'être perturbés par Skybridge. Fin 1998, la FCC a décidé de suivre l'UIT autorisant l'utilisation de la bande KU. Skybridge s'était engagé à ce que ses satellites n'émettent pas au-dessus de l'arc de l'équateur où sont situés les géostationnaires. Le verdict final devrait intervenir en avril 2000 avec la fixation de la limite de puissance d'émission des satellites. Skybridge estime le nombre d'utilisateurs de services large bande en 2005 à 400 millions, parmi lesquels 80 millions auront recours aux satellites. Ce marché sera à 70 % professionnel et à 30 % résidentiel. Le service professionnel fournira un débit maximal de 100 Mbit/s du satellite vers l'utilisateur (sens descendant) et de 10 Mbit/s dans le sens montant. Le prix de l'abonnement mensuel se situera entre 35 et 50 dollars (jusqu'à 20 Mbit/s), celui du terminal entre 1 500 et 2 000 dollars. (01 Informatique - 19/03/1999)