Un pas de plus vers la téléphonie gratuite... et ce pas, c'est Skype qui le réalise. On se souvient de l'annonce de Meg Whitman, CEO d'eBay - propriétaire de Skype depuis septembre dernier - sur...

Un pas de plus vers la téléphonie gratuite... et ce pas, c'est Skype qui le réalise. On se souvient de l'annonce de Meg Whitman, CEO d'eBay - propriétaire de Skype depuis septembre dernier - sur l'avènement du téléphone gratuit dans un futur proche... C'était en octobre dernier.
Aujourd'hui, Skype annonce que tous ses utilisateurs aux Etats-Unis et au Canada pourront appeler gratuitement tous les fixes et les mobiles de leurs pays en utilisant le logiciel Skype.
Avec cette annonce, la filiale d'eBay tape fort ! Jusqu'à aujourd'hui, les utilisateurs de Skype -dans le monde entier - bénéficiaient de la gratuité des appels de PC à PC. Cette offre est toujours valable mais elle est complétée par une promotion qui peut accélérer la révolution du marché de la téléphonie.
Il suffira maintenant à un américain ou à un canadien de télécharger le logiciel Skype sur son ordinateur ou sur son combiné dual mode GSM/Wi-fi ou bien encore sur son smartphone ou autre PDA pour appeler gratuitement.
Dans des villes comme San Francisco et Philadelphie qui devraient rapidement être couvertes par des réseaux Wi-fi à l'échelle municipale, cette annonce donne le coup d'envoi de la téléphonie gratuite sur IP et... de l'agonie de la téléphonie traditionnelle qu'elle soit fixe ou mobile.
Une offre limitée pour conquérir les Américains...
L'offre de téléphonie sur IP gratuite vers les mobiles et les fixes n'est pas garantie ad vitam eternam . Skype a précisé qu'elle était valable jusqu'à la fin de l'année 2006 sans donner de précision tarifaire pour l'année 2007. D'ici là, elle devrait avoir un succès fou et les adeptes du logiciel pourraient le rester. Les consommateurs, aimant les habitudes, une fois conquis par Skype, il pourrait toutefois être difficile de les convaincre de se familiariser avec un autre service -même moins cher
Skype mise sur le marché nord-américain, car c'est pour lui le marché le plus conquis et le plus facile à conquérir. Les responsables de l'entreprise ont également déclaré que les tarifs téléphoniques y étaient particulièrement peu élevés ce qui rendait possible une pareille offre promotionnelle.
Si, en septembre dernier, un sondage mené par Verizon montrait que 10% des Américains choisissaient la case vodka allégée quand on leur demandait ce que signifiait la VoIP, la sensibilisation à l'acronyme et à la technologie elle-même a porté ses fruits. Une étude menée récemment par le cabinet Harris Interactive a montré que seuls 26 % des Américains ne savent absolument pas ce qu'est la VoIP.
Les adeptes sont de plus en plus nombreux ce qui ne profite pas seulement à Skype. Cependant, cette annonce pourrait porter la firme d'origine luxembourgeoise sur un piédestal d'où ses concurrents auraient ensuite bien du mal à le déloger.
...qui pourrait être prolongée pour une mutation globale du secteur
En outre, les synergies entre eBay et sa nouvelle filiale devraient renforcer le modèle de téléphonie gratuite ou très peu cher sur le territoire nord-américain et même - pourquoi pas ? - de l'étendre à d'autres pays.
Et les concurrents ? Avec cette annonce, Skype défie aussi bien les opérateurs de téléphonie mobile comme Verizon ou Sprint que les géants de l'Internet comme Google ou Yahoo ainsi que les services spécialisés dans la VoIP comme Vonage.
La téléphonie mobile a déjà entamé sa reconversion vers des offres mixtes comme c'est le cas en France avec l'offre quadruple play de Neuf . Les géants Internet devront choisir de rester ou non sur le segment de la VoIP avec le cas échéant un redoublement des efforts de compétitivité et de convergence.
Vonage, rappelons-le a un positionnement un peu différent de celui de Skype : c'est un service de remplacement de la ligne téléphonique traditionnelle. De son côté, Skype se présente comme un service complémentaire puisqu'il ne permet pas aux Etats-Unis d'appeler le numéro d'urgence 911, équivalent de nos 15 ou 18.
On ne peut pas présager de la réaction stratégique de ce concurrent direct de Skype. Cependant, quelle qu'elle soir, l'opérateur de VoIP part avec un désavantage notoire : il est moins connu du grand public.
Ornella Nomber, pour l'Atelier
(Atelier groupe BNP Paribas - 16/05/2006)