Le Français SLP Infoware propose aux opérateurs de télécoms de repérer les abonnés qui s'apprêtent à déserter avant qu'ils ne le sachent eux-mêmes. D'un mois sur l'autre, SLP prend en compte les c...

Le Français SLP Infoware propose aux opérateurs de télécoms de repérer les abonnés qui s'apprêtent à déserter avant qu'ils ne le sachent eux-mêmes. D'un mois sur l'autre, SLP prend en compte les changements de comportement des abonnés sur les consommations, leur destination, l'utilisation des boîtes vocales, etc. Son système ne se contente pas de repérer le fugueur potentiel, mais propose également des solutions pour le retenir. Selon Jean Schmitt, le patron de SLP, le taux de désabonnement se situe chaque mois entre 1,87 et 2,5 %, avec des pics à 4,5 %. Ce taux passe à plus de 10 % pour les cartes prépayées. En moyenne, un abonné GSM rapporte 50 dollars par mois pour un investissement de l'opérateur d'environ 350 dollars aux Etats-Unis et 600 dollars en Europe. Bien que l'outil de SLP soit cher, plus de 500 000 dollars, les opérateurs ont tout intérêt à conserver leurs abonnés le plus longtemps possible. Sans le savoir, dix millions d'abonnés sont surveillés par le système de SLP. Ayant eu comme premier client, Bouygues Télécom, la société réalise 90 % de ses ventes à l'étranger. Focalisé jusqu'ici sur le GSM, SLP fait des incursions dans la banque et la téléphonie fixe. France Télécom expérimente son système à Annecy. Voyant son avenir dans les transactions électroniques, SLP espère avoir accès à la liste des achats des abonnés, lorsque les cartes SIM des mobiles feront office de PME, afin de tracer un portrait robot des consommateurs encore plus précis. (Réseaux & Télécoms - 05/02/1999)