Une entreprise canadienne fait le pari de la simplicité pour le tableau collaboratif de demain. Un objet caractéristique de plusieurs tendances observées dans le milieu des nouvelles technologies.

Smart kapp simplifie le tableau connecté

Vidéos, post-its, images, textes, partage… les tableaux interactifs existants intègrent un nombre considérable de fonctionnalités. Le Smart kapp casse la tendance. Mis au point par l’entreprise Smart, originaire de Calgary au Canada, ce tableau collaboratif intègre le minimum de fonctions. Les plus utilisées pour le travail en équipe : écrire, sauvegarder, partager. Le Smart kapp se contente donc de numériser les travaux sur tableau avec un poids dix fois inférieur aux produits concurrents. Pour les utilisateurs, rien ne change : ils continuent à se servir de leurs feutres et d’effacer avec leur brosse. Mais leurs travaux, généralement destinés à être effacés, sont numérisés. Connectés via une application mobile, les intervenants extérieurs peuvent même suivre et enregistrer en temps réel ce que les participants gribouillent sur le tableau blanc connecté.

 

Du low-tech sans le low-cost

On est loin de l’aboutissement technologique de SketchInsight qui mettait automatiquement en forme des données Excel lors de réunion. L’outil de Smart repose sur l’écrit et la numérisation des notes, brouillons et schémas pour améliorer la collaboration au travail. Une sorte de low-tech si l’on veut puisque l’outil ne repose pas spécialement sur le dernier cri en matière de technologies ou de fonctionnalités. Pour ce qui est de la sécurité, Smart kapp promet également une grande simplicité : des données cryptées et stockées dans le cloud puis immédiatement supprimées en même temps que le tableau est effacé. Mais cette apparente sobriété ne transparaît pas dans le prix. Le tableau atteint les 900 dollars (environ 810 euros). Cela pourrait donc décourager plus d’une entreprise même si le prix reste moins cher que pour la plupart des tableaux interactifs existants.

Une technologie non-intrusive

Toujours est-il qu’avec ce produit, Smart remet l’écrit au centre. L’entreprise suit en cela un mouvement observé avec d’autres innovations. Le japonais Konica Minolta a par exemple mis au point une tablette A4 qui permet d’enregistrer et de partager tout ce que l’utilisateur écrit ou dessine sur papier. Une innovation destinée à faciliter le remplissage de formulaire comme le montre la vidéo de présentation. Moleskine avait également créé un carnet Livescribe avec un stylo intelligent doté des mêmes propriétés. Pour chacun de ces exemples, la technologie ne cherche pas à changer les usages comme veulent le faire les lunettes connectées par exemple. L’innovation se moule dans les habitudes. Smart kapp ne modifie pas les gestes ni le déroulement d’une réunion, tout juste apporte-t-il le plus de la numérisation et du partage en temps réel.

Rédigé par Guillaume Scifo