L'Université de Rice a mis au point un système qui combine l'ensemble des données permettant de comprendre les goûts et les priorités du propriétaire d'un téléphone. Cela, sans consommer trop de batterie.

Vers un smartphone autonome et qui s'adapte à son utilisateur

Pour faciliter le développement de smartphones capables de prendre en compte le contexte d'utilisation, une équipe de l'université de Rice a mis au point un système capable d'agréger plusieurs sources d'informations, sans que l'appareil utilise trop d'énergie pour analyser ces sources. Le but : rendre les mobiles capables d'adapter la présentation des contenus, voire l'envoi d'information, et la gestion de la consommation, en fonction de l'usage, des goûts et des priorités. Selon l'équipe, des systèmes de prise en compte du contexte d'utilisation existent déjà (type d'applications téléchargées et utilisées, contacts favoris...), mais il serait difficile d'agréger et d'analyser des informations issues de différentes couches. Autre problème : ces applications d'étude du contexte consommeraient beaucoup de batterie, notamment en raison de certains capteurs plutôt gourmands.

Combiner trois sources de contexte

D'où le travail de l'équipe, qui a élaboré un dispositif embarqué prenant en compte trois sources : sites visités, appels téléphoniques et utilisation des applications. L'information contextuelle étant enrichie par les capteurs (accéléromètre, GPS, identification de la cellule radio, horloge...). Le système combine l'ensemble de ces informations afin d'obtenir une vision la plus complète du profil de l'utilisateur. Pour réduire la consommation de batterie que de telles solutions nécessitent, ils ont également mis au point un outil qui ne puise des données à une source que quand il devine qu'elle va être utilisée. Pour y parvenir, cela nécessite évidemment avant tout un travail d'observation de l'usage fait du téléphone, afin de rendre l'outil, baptisé SmartContext, capable de prédire quand il faut collecter des informations auprès des capteurs ou auprès des applications.

Réduire la consommation d'énergie

Si l'on en croit les scientifiques, cela permettrait de réduire de 60 % la consommation d'énergie des applications de compréhension du contexte. En ce qui concerne les usages, les scientifiques parlent de la mise en place d'applications d'affichage de ses sites préférés plus pertinentes que celles existant déjà, qui se basent sur les derniers sites ou les plus consultés récemment. Les mobiles pourraient également réorganiser l'organisation des applications en fonction de l'usage, et pré-télécharger celles considérées comme les plus susceptibles de plaire. Enfin, les chercheurs parlent de la mise en place de listes évolutives de ses dix contacts favoris.