Afin d’élargir sa gamme de services, en particulier dans le téléphone, NC Numéricâble (630 000 foyers raccordés, dont 54 000 en numérique), filiale de Canal Plus, vient d’ouvrir son capital, à haut...

Afin d’élargir sa gamme de services, en particulier dans le téléphone, NC Numéricâble (630 000 foyers raccordés, dont 54 000 en numérique), filiale de Canal Plus, vient d’ouvrir son capital, à hauteur de 37 %, à la société Exante réunissant un groupe d’investisseurs américains emmenés par Callahan Associates International (CAI). Capital Communications, filiale de la Caisse des Dépôts et Placements du Québec, Bancamerica Equity Partners, GE Capital et CAG, une société associant CAI et la société d’investissement new-yorkaise Angelo Gordon sont ces investisseurs.

Comme l’a souligné hier Canal Plus “l’arrivée d’Exante dans NC Numéricâble contribuera à financer le développement de l’entreprise sur son métier principal, la distribution de programmes télévisés, et lui apportera son savoir-faire en matière de télécommunications sur le câble grâce à l’expertise de CAI”. Non seulement l’arrivée de nouveaux investisseurs devrait permettre d’accélérer le redressement de NC Numéricâble, mais Canal Plus compte s’appuyer sur la société Callahan pour développer du téléphone classique sur boucle locale, à côté de l’offre d’accès à Internet d’AOL (couplée à Cegetel). Richard Callahan, le PDG de CAI et ses collaborateurs ont déjà créé une vingtaine de partenariats sur 18 pays dans la distribution de téléphone classique sur le câble. Callahan se donne jusqu’au printemps pour en étudier la faisabilité sur le réseau de NC Numéricâble. Il créérait alors sa propre société. Comme le précise Laurent Perpère, le PDG de NC Numéricâble, “nous serions simplement distributeurs. Notre volonté est vraiment d’être un opérateur multiservices sur réseau local et donc de développer aussi bien l’offre de télévision que les services en ligne à valeur ajoutée et la téléphonie”.

Outre la téléphonie classique que développerait Callahan, Laurent Perpère songe à proposer avec Cegetel, dans le cadre de leur société commune TeleRiviera Multimedia, une offre de téléphone sous protocole Internet. Tout en n’excluant pas des synergies commerciales à terme avec Callahan, la direction de Cegetel confirme cette intention “à l’horizon de deux ou trois ans”. (Les Echos - Le Figaro - Le Monde - La Tribune - 18/09/1998)