Parvenu à maturité, le logiciel en tant que service peut désormais s’appliquer à tout le monde. Il touche notamment deux types d’entreprises qui ne figuraient à l’origine pas dans son coeur de cible : les licornes et les sociétés aux données ultra-confidentielles.

Pourquoi le “software as a service” séduit de plus en plus d'entreprises

En mars dernier avait lieu à San Francisco l’édition 2017 de l’évènement Hub, organisé chaque année par Anaplan. Proposant aux entreprises une plateforme de management et de planification en ligne, Anaplan fait figure de pionnière dans la vague du logiciel en tant que service (software as a service, ou SaaS, en anglais). Ce modèle de licence logiciel a connu un immense succès au cours des dix dernières années, l’une des réussites les plus emblématiques étant sans doute celle de l’entreprise Salesforce, également installée à San Francisco. Le logiciel en tant que service s’appuie sur deux composantes fortes. La première est, comme son nom l’indique, la notion de service : le SaaS repose en effet sur le modèle de l’abonnement. Ainsi, l’entreprise cliente ne paie pas de manière ponctuelle pour acquérir la licence d’utilisation d’un logiciel dont elle détient ensuite l’entière propriété, et qu’elle doit se débrouiller toute seule pour entretenir, mettre à jour, etc. Ici, l’entreprise s’acquitte au contraire de frais réguliers, le plus souvent mensuels et variant en fonction de l’utilisation, qui lui permettent de profiter du logiciel, dont la maintenance est en retour assurée par le fournisseur. Ce qui nous amène à la seconde composante. L’essor du logiciel en tant que service est très lié à celui du cloud. En effet, les applications sont hébergées sur un serveur centralisé et géré par le fournisseur plutôt que sur ceux de l’entreprise cliente.

« Le cloud comporte de nombreux avantages. » affirme Mikkel Svane, CEO et cofondateur de Zendesk. Lancée il y a une petite dizaine d’années, Zendesk propose une solution clef en main pour assister les entreprises dans une activité essentielle à la bonne marche des affaires : la gestion de leurs relations clients. Lancée à Copenhague par un trio de Danois, l’entreprise est partie s’installer à San Francisco il y a sept ans. « Le cloud est d’une part plus élastique. L’offre s’adapte aux besoins de l’utilisateur, qui peut demander l’accès à un nombre variable de services et fonctionnalités. On passe ainsi du prêt-à-porter au sur-mesure. D’autre part, c’est bien plus confortable pour le client. Assurer soi-même la maintenance de ses solutions logiciel demande beaucoup de temps et d’argent, une équipe spécialisée, une base de données conséquente, l’intégration au réseau, au système opérationnel et aux serveurs de l’entreprise… Avec le modèle du logiciel en tant que service, nous prenons en charge toutes ces choses, ce qui permet aux clients de se focaliser sur leur objectif principal : faire des affaires. Et comme il s’agit de notre corps de métier, nous faisons en sorte que le logiciel soit en permanence raccord avec les dernières avancées technologiques. »

shutterstock_627590579.jpg

Une solution holistique

Pour Laurent Lefouet, directeur général d’Anaplan pour la région Europe, l’avantage du logiciel en tant que service se résume en un mot : vélocité. « Avant la vague du logiciel en tant que service, la plupart des entreprises étaient organisées en silos. L’information était donc cloisonnée : elle ne circulait pas entre les différentes verticales, qui opéraient toutes en vase clos. Avec une telle configuration, l’entreprise avance de manière itérative et séquentielle : les différentes composantes travaillent sur leur plan en silo, on fait ensuite remonter au niveau central, on constate les écarts avec le plan de départ et on apporte des corrections si nécessaire. Plus l’entreprise est de grande taille, plus il y a de strates de management (jusqu’à sept ou huit pour les plus grosses), et plus ce processus est lent. Avec Anaplan, on peut directement replanifier et partager la mise à jour à tout le monde. C’est donc bien plus rapide. »

Michael Gould, CTO et cofondateur d’Anaplan, met quant à lui l’accent sur la réduction du risque d’erreurs stratégiques, due à la vision holistique permise par le SaaS. « Mettons qu’une entreprise veuille augmenter de 20% les effectifs de sa force de vente dans une zone géographique donnée. De nombreuses choses doivent être modélisées : les revenus potentiels générés par l’équipe de vente, la mise en place d’une équipe de ressources humaines pour recruter les vendeurs supplémentaires, les infrastructures éventuelles à construire, les dépenses marketing pour aiguiller la force de vente, le service client… le tout doit enfin être rassemblé et rapporté au département financier qui évalue la pertinence de la décision. Toutes les composantes de l’entreprise doivent donc être connectées, ce qui est bien plus simple avec une solution logiciel en tant que service, qui permet d’acquérir facilement une vision d’ensemble. »

shutterstock_627690134.jpg

Plus sûr et accessible, le SaaS conquiert de nouveaux acteurs

Si le logiciel en tant que service figure dans le paysage économique depuis déjà quelques années, de récentes évolutions ont permis de rendre cette technologie plus accessible et attractive, comme l’explique Noah Dennis, analyste chez Foresite Capital, un fonds d’investissement spécialisé dans les start-up de la santé connectée. « L’internet est d’abord devenu bien plus rapide, ce qui a facilité l’expansion du SaaS : une faible connexion implique d’être en permanence déconnecté du serveur, ce qui rend l’usage très inconfortable. Mais surtout, le coût logiciel est devenu bien plus faible. Anaplan ne possède pas ses propres infrastructures, ils les louent à des prestataires. Or, ceux-ci sont désormais capables d’entretenir leurs serveurs à un coût bien moindre, ce qui se répercute jusqu’à l’utilisateur final. Des coûts de stockage plus faible et une puissance informatique plus élevée permettent ainsi des applications SaaS plus robustes. La main-d’oeuvre a également changé : il y a de plus en plus d’indépendants, le travail à distance est bien plus répandu qu’il y a dix ans. Le logiciel en tant que service accompagne cette tendance : où que l’on se trouve dans le monde, on peut ouvrir son ordinateur, se connecter et commencer à travailler, il n’est plus nécessaire de se trouver à son bureau pour accéder au superordinateur de son entreprise… »

Cette baisse des coûts permet une diversification des entreprises ayant recours au logiciel en tant que service. Le profil type du client était au départ une grosse entreprise souhaitant retrouver une agilité perdue, comme l’explique Mikkel Svane : « Les grandes entreprises ont beaucoup à apprendre des start-up : celles-ci ne sont pas fragmentées en services ou en départements, fonctionnent de manière plus holistique. Les grandes entreprises ont dû se compartimenter pour des raisons de taille, mais avec l’avènement de l’internet et du cloud, cette segmentation n’est plus nécessaire. » Désormais, le SaaS est aussi utilisé par des start-up connaissant une forte croissance (souvent surnommées « licornes », c’est à dire valorisées à plus de 1 milliards). Explications de Noah Dennis : « Lorsqu’une jeune entreprise connaît un fort dynamisme, sa croissance est souvent handicapée par la nécessité d’étendre ses infrastructures, processus coûteux et laborieux qui l’oblige à limiter ses ambitions alors que le marché est mûr pour lui permettre de grandir. Le recours au logiciel en tant que service est alors un bon moyen de se focaliser sur son coeur de métier sans se demander en permanence si les infrastructures vont pouvoir suivre. » L’une des premières entreprises à avoir adopté ce modèle est la start-up de streaming musical Pandora, qui a opté pour les services d’Anaplan afin de croître plus rapidement.

Enfin, selon Michael Gould, le cloud est bien mieux accepté qu’il y a dix ans. « Nous mettons aujourd’hui des données consommateurs très sensibles sur le cloud : il peut s’agir de produits en cours de développement, de données concernant une fusion/acquisition, d’informations sur une industrie ultra-régulée, comme celle des assurances, de données bancaires… il y a encore cinq ans, cela paraissait impensable. Le cloud est aujourd’hui suffisamment mature pour susciter une confiance équivalente, voire supérieure à celle d’un serveur interne. » Si au départ, les entreprises caractérisées par des données très confidentielles pouvaient donc se montrer frileuses vis-à-vis des solutions SaaS, ce n’est plus vraiment le cas aujourd’hui.

Qui sont, aujourd’hui, ces prestataires qui offrent des solutions d’hébergement ultra-sécurisées sur le cloud ? Les principaux sont membres des GAFAM (acronyme désignant Google, Amazon, Facebook, Apple et Microsoft) : le leader est Amazon (Anaplan a recours à Amazon Web Services), suivie de Microsoft et Google. Cette situation leur permet d’établir des liens privilégiés avec certaines start-up prometteuses, d’autant que ces géants de l’internet sont également de gros investisseurs. Ainsi, Google est un investisseur stratégique au sein de l’application Snapchat, qui a également recours aux services de Google Cloud pour héberger l’intégralité de ses données. Il est ainsi probable qu’à l’avenir, Google, Amazon et consorts repèrent en amont les jeunes pousses les plus prometteuses, leur fassent bénéficier d’un investissement et les hébergent sur leur plate-forme cloud, afin d’avoir l’assurance de bénéficier de leurs succès futurs.

 
Rédigé par Guillaume Renouard