En avril prochain, le Sipperec (Syndicat intercommunal de la périphérie de Paris pour l'électricité et les réseaux de communication) lancera un appel d'offres européen pour la fourniture de "flux de...

En avril prochain, le Sipperec (Syndicat intercommunal de la périphérie de Paris pour l'électricité et les réseaux de communication) lancera un appel d'offres européen pour la fourniture de "flux de télécommunications" (téléphonie fixe et mobile, Internet, transmission de données numériques, radiomessageries) aux communes d'Ile-de-France. Cet appel d'offres, réalisé pour le compte d'une soixantaine de communes de la première couronne, devrait représenter un marché de près de 60 millions de F (9,15 millions d'euros) sur deux ans. Jean-Pierre Duport, préfet de la région Ile-de-France vient d'être nommé "coordonnateur" pour piloter "le groupement de commandes publiques" où seront additionnés les besoins de chaque commune. Le Sipperec explique "en utilisant cette procédure particulière du Code des marchés publics, nous serons en mesure de franchir différents seuils tarifaires et de bénéficier de propositions commerciales attractives". L'automne dernier, France Télécom a promis de consentir aux collectivités les mêmes rabais qu'aux industriels, à condition qu'elles s'engagent à lui garantir un certain volume de trafic. Pour stimuler la concurrence entre les opérateurs qui s'exercera plutôt sur les autres services (mobiles, Internet, liaisons spécialisées ...), le Sipperec a découper le cahier des charges de son futur appel d'offres en autant de lots (10) dont l'attribution devrait intervenir fin septembre "nous espérons faire baisser les tarifs de 10 à 15 %". Ce dispositif devrait également permettre aux communes de développer une approche plus rationnelle de leurs télécommunications ainsi qu'une vision plus transparente sur leur coût "une mairie reçoit en moyenne de 600 à 800 factures par an. C'est devenu totalement ingérable". (Les Echos - 03/02/1999)