radiotéléphone GSM. Fortement implantée en Europe, cette norme européenne GSM et ses dérivés, six ans après l'ouverture des premiers réseaux de radiotéléphone numérique, est également choisie par un...

radiotéléphone GSM. Fortement implantée en Europe, cette norme européenne GSM et ses dérivés, six ans après l'ouverture des premiers réseaux de radiotéléphone numérique, est également choisie par un très nombre d'opérateurs dans le monde, surtout au Moyen-Orient, en Asie (sauf au Japon) et en Amérique du Nord. En juin dernier, selon la dernière édition de "L'Atlas mondial des mobiles" de l'Institut de l'audiovisuel et des télécommunications en Europe (Idate), 44 millions de personnes étaient abonnés à des services de radiotéléphone utilisant la norme GSM ou les normes dérivées comme le DCS1800 ou le PSC1900. Ce chiffre est certes modeste rapporté aux 175 millions d'utilisateurs de radiotéléphone, toutes normes confondues, mais devant le succès croissant du standard GSM et de son arrivée dans des marchés à fort potentiel comme l'Inde, la Chine, les Etats-Unis, on peut réellement penser qu'il ne pourra que progresser. Premier marché mondial, aux Etats-Unis plus de 80 % des abonnés utilisent encore des services analogiques comme l'AMPS. Cependant la tendance vers le numérique est en forte progression. Petit à petit, la nouvelle norme DAMPS (Digital AMPS) devrait supplanter les systèmes analogiques basés sur des technologies dépassées aujourd'hui. L'Institut rappelle que 7 opérateurs américains ont formé une alliance autour de leurs réseaux PCS basés sur la technologie GSM (voir la revue de presse du 01/08) afin de créer un réseau transcontinental desservant près de 97 % de la population américaine et 90 % de la population canadienne. L'Amérique latine, pour sa part, qui devrait connnaître dans les années à venir une forte croissance, est encore en attente du choix des normes de ses futurs réseaux PCS. Selon les analystes de l'Idate, la norme GSM devrait cohabiter avec les autres standards numériques comme le CDMA et le TDMA dans ce continent. (Les Echos - 13/08/1997)