Toujours plus d’émotions, de jeux, de personnalisation et d’algorithmes : quand les start-up réinventent l’apprentissage des langues étrangères, c’est pour changer l’expérience de A à Z en mettant l’utilisateur au centre.

Les start-up personnalisent l’apprentissage des langues

Après les vêtements et la nourriture, les start-up continuent sur la voie de la personnalisation. Nouvelle cible : l’apprentissage des langues. Plusieurs jeunes entreprises ont ainsi vu le jour ces derniers temps avec comme même idée la personnalisation du e-learning.

La start-up américaine Fluencia a ainsi repensé entièrement le programme d’apprentissage de l’espagnol de façon à être centré sur l’utilisateur, ses difficultés et ses défis. À base de machine learning et de traitement du big data, la plateforme repère les erreurs fréquentes pour les travailler, puis fournit des conseils personnalisés.

Basée à New-York, Voxy propose quant à elle des cours d’anglais personnalisés en fonction des intérêts, du métier et des hobbies de chaque inscrit. La start-up a même été récompensée par le magazine américain TechCrunch pour son approche « disruptive » et collabore avec l'université du Maryland pour développer ses cours personnalisés à l'aide du machine learning notamment. La start-up Nativfy fait d’ailleurs un peu la même chose en mettant en relation élèves et tuteurs sur la base de leurs passions à l’aide d’algorithmes.

Mais Fluencia, Voxy et Nativfy passent un peu pour des petits joueurs à côté des nouvelles start-up de l’apprentissage des langues. D’autres poussent en effet encore plus loin les technologies de personnalisation.

Un apprentissage sur mesure grâce à des technologies toujours plus poussées

La singapourienne Jabber Jit propose des leçons de madarin adaptées au contexte dans lequel se trouve l’utilisateur. En exploitant la géolocalisation du smartphone et les iBeacons (les petits capteurs en magasin créés par Apple), l’application de Jabber Jit propose des phrases et exercices liés. Par exemple, un utilisateur entrant dans un Starbucks ou un restaurant pékinois aura accès à des expressions pour apprendre à commander. Un apprentissage ultra-contextualisé donc.

        L’application Jabber Jit propose des exercices adaptés au contexte dans lequel se trouve l’utilisateur.
 

Après la reconnaissance du contexte vient celle des émotions. C’est ce que tente de faire Emotuit. Fondée l’an dernier, cette start-up britannique veut adapter les cours au degré d’engagement et d’attention de l’utilisateur. À travers une webcam ou la caméra du smartphone, le système effectue une reconnaissance des émotions et suit le mouvement des yeux pour analyser la concentration. En fonction des résultats, le programme propose des cours plus ou moins intenses et adaptés au mode d’apprentissage de chacun.

Le jeu mobile comme modèle pour se rapprocher des usages

Pour se rapprocher de l’utilisateur, d’autres start-up du e-learning suivent une voie un peu différente des algorithmes perfectionnés : le jeu sur mobile. La jeune entreprise californienne Rikai Lab crée ainsi des mini-jeux sur smartphone sous forme d’enquêtes dans lesquelles l’élève doit interagir et apprendre la langue au fur et à mesure de l’intrigue. Un peu comme ce que propose Word up Games sur ordinateur.

                       WordGram et Rikai Lab réinventent l’apprentissage à coup de jeux smartphone.
 

Par-delà le modèle de la conversation au sein d’un jeu, WordGram semble s’inspirer des CandyCrush et autres Angry Birds pour son programme d’apprentissage. La start-up polonaise a ainsi mis au point une application mobile avec des leçons de 15 à 30 secondes pour être utilisée n’importe quand, n’importe où sans requérir une grande attention. L’utilisation est donc la même que pour les mini-jeux mobiles de façon à s’adapter aux usages des détenteurs de smartphone. L’application permet également d’apprendre une langue à partir des e-books de l’utilisateur ou de ses films préférés. Un utilisateur qui se construit son propre dictionnaire avec des expressions ou mots à retenir. De cette façon, l’apprentissage est repensé du début à la fin autour de l’élève qui ne suit plus des méthodes préétablies.

Rédigé par Guillaume Scifo