Internet représente déjà une source de revenus importante pour les opérateurs téléphoniques historiques contrôlant les réseaux locaux servant de passerelle d'accès aux internautes. Selon Cegetel, In...

Internet représente déjà une source de revenus importante pour les opérateurs téléphoniques historiques contrôlant les réseaux locaux servant de passerelle d'accès aux internautes. Selon Cegetel, Internet représentera 20 % des communications locales en France en 1999 et 50 % dans trois ans. Bien entendu, les différents intervenants du monde de l'Internet et des télécommunications souhaitent se partager le chiffre d'affaires de plusieurs milliards de F. France Télécom, premier concerné, étudie toutes les pistes afin de proposer des tarifs spécifiques. Aujourd'hui, différentes formules d'accès à l'Internet émergent. Depuis un mois, les annonces d'Internet gratuit, hors coût des communications locales, fleurissent, mais le modèle économique semble précaire en raison du faible niveau de reversement que France Télécom souhaite offrir aux fournisseurs d'accès à Internet générant du trafic sur ses réseaux locaux. Pour permettre le développement de ce système sans abonnement, France Télécom milite plutôt pour la mise en place d'un système proche du Minitel. Le client se connectant via un numéro spécial, la communication coûte un peu plus cher et le fournisseur d'accès peut toucher une commission plus élevée. Les grands noms de la distribution comme Darty ou Conforama sont intéressés par cette nouvelle approche. Pour que le modèle de l'Internet avec abonnement donnant accès à des contenus spécifiques persiste, France Télécom souhaiterait que seuls ses utilisateurs disposent de certains avantages. Les options tarifaires, par exemple, comme Primaliste Internet ou le forfait local permettant de payer moins cher l'accès au web, devraient être réservées à ce type de service. Enfin, émergeant à peine en France, un troisième modèle privilégie la rapidité de connexion (Internet par le câble ou par les réseaux téléphoniques utilisant des technologies ADSL). Considérés comme de gros consommateurs recherchant surtout un accès rapide, les internautes devraient, dans ce cas, bénéficier d'une tarification forfaitaire (compris entre 200 et 400 F pour une rapidité donnée). (Les Echos - 7/05/1999)