doublé en un an. Selon une étude réalisée par la Sofres, à la demande de l’ART, 16 % des foyers déclarent être clients en 2000 d’un opérateur concurrent de France Télécom, contre 9 % en 1999. Avec...

doublé en un an. Selon une étude réalisée par la Sofres, à la demande de l’ART, 16 % des foyers déclarent être clients en 2000 d’un opérateur concurrent de France Télécom, contre 9 % en 1999. Avec un taux de pénétration de 7,8 %, contre 2 % en 1999, Tele2 devance Cegetel (6,9 % contre 5,1 %). 9 Telecom progresse également fortement (2,1 % contre 0,8 %). 85 % des personnes interrogées ayant changé d’opérateur évoquent en premier le prix., 51 % citent des tarifications plus simples. Les notes moyennes données aux différents opérateurs par leurs clients sont bonnes. Ainsi 74 % des foyers clients du 4 de Tele2 lui attribuent une très bonne note (8/10). Les autres opérateurs, France Télécom, Cegetel et 9 Telecom sont perçus de façon assez similaire. Toutefois, qu’il s’agisse du prix de la téléphonie fixe ou mobile, le consommateur à une mauvaise connaissance des prix et à tendance à surévaluer l’ensemble des prix. Par ailleurs, le consommateur à tendance à moins lire le contrat le liant avec un opérateur de télécommunications: Taux de lecture des contrats sur le fixe: 21 % en 2000 contre 26 % en 1999 pour France Télécom , 80 % contre 84 % pour Cegetel. Taux de lecture des contrats sur le mobile: 44 % au total en 2000 contre 66 % en 1999 De plus, le niveau de connaissance des conditions générales des contrats diminue. Ainsi, 39 % seulement des personnes connaissent la signification de la liste orange, contre 41 % l’année précédente. Près de 25 % des abonnés de téléphone mobile ne connaissent aucune des conditions générales des contrats de services mobiles, contre 5 % en 1999. Le contrat de France Télécom est jugé, pour ceux qui l’ont lu, moins clair que celui de ses concurrents et moins exhaustif. 15 % des foyers déclarent être connectés à Internet. 38 % d’entre eux disposent d’un abonnement gratuit à Internet avec heures de communications non comprises, 37 % ont souscrit un forfait (abonnement + nombre d’heures de communication limité), 8 % un abonnement payant à Internet (heures de communication non comprises), 5 % un forfait (abonnement + nombre illimité d’heures de communication). 6 foyers sur 10 déclarent avoir rencontré au moins un problème avec Internet. 51 %, citent un problème d’échec de connexion au réseau, 30 % un problème de rapidité du chargement des données, 22 % un problème d’installation de mise en service, 15 % un problème avec la messagerie et 13 % des difficultés pour joindre le service client. (Christine Weissrock – Atelier BNP Paribas – 09/02/2001)