La téléphonie mobile de troisième génération devrait peiner à s'imposer : encore chère, elle n'offre pas le confort d'utilisation que l'on espérait... Et pourtant, alors qu'elle a été lancée en...

La téléphonie mobile de troisième génération devrait peiner à s'imposer : encore chère, elle n'offre pas le confort d'utilisation que l'on espérait... Et pourtant, alors qu'elle a été lancée en France il y a à peine quelques mois par SFR puis par Orange, constructeurs et opérateurs semblent avoir déjà les yeux tournés vers l'avenir de la 3G...
Celui-ci devrait prendre le nom de HSDPA, ou "High-Speed Downlink Packet Access". Présenté au 3GSM Congress par Nortel, Nokia, Siemens, Orange et T-Mobile, la technologie en question doit permettre aux réseaux d'être quatre fois plus rapides qu'ils ne le sont avec la 3G. Et quinze fois plus rapides qu'un réseau GPRS... offrant des débits compris entre 9 et 14 Mbits/s !
Les vitesses de transmission promises par cette norme future devraient permettre aux utilisateurs de visionner des vidéos en qualité DVD ou encore de jouer à des jeux vidéo en haute résolution. En gros, HSDPA devrait donner le vrai souffle qui manque aux applications 3G.
Là où le bât blesse, c'est que le monde des nouvelles technologies n'est pas prêt à accueillir la toute nouvelle norme. Les opérateurs auront simplement à mettre à niveau leurs réseaux 3G, ce qui ne devrait pas requérir de trop lourds investissements ; en revanche, il n'existe à ce jour sur le marché aucun mobile compatible avec la norme HSDPA.
Qu'à cela ne tienne, plusieurs fabricants - le Finlandais Nokia en tête - ont assuré qu'ils commenceraient incessamment sous peu à designer de nouveaux téléphones acceptant la norme HSDPA. Certains parlent d'une commercialisation de cette 3G Plus dès le second semestre 2005 ou au plus tard au début de l'année 2006.
A ce sujet, lire aussi :

Salon 3GSM : une fin de bal entre enthousiasme et incertitudes... (18.02.2005)
(Atelier groupe BNP Paribas - 21/02/2005)