équipements et des services de télécommunications. Selon Eric Labaye, directeur associé chez McKinsey France “dans les années à venir, l’un des principaux moteurs du marché des télécommunications s...

équipements et des services de télécommunications. Selon Eric Labaye, directeur associé chez McKinsey France “dans les années à venir, l’un des principaux moteurs du marché des télécommunications sera, indéniablement, les applications utilisant le protocole Internet (IP). C’est le marché des données qui a été le premier à exploser sur “IP” tiré par le besoin de connectivité des réseaux locaux ou par des applications telles que le courrier électronique et récemment les services Internet-intranet”. Près d’un tiers de ce nouveau marché a déjà été pris aux opérateurs de télécoms classiques qui exploitent des réseaux dits “propriétaires” par les nouveaux entrants, dont les nombreux fournisseurs de services Internet. Ils devraient en 2001 en posséder plus de 60 %. “Trois nouvelles applications devraient tirer le marché des transmissions sur IP, une fois certaines difficultés techniques résolues: le fax et la voix, la conférence multimédia ainsi que les réseaux virtuels privés. Ces applications devraient entraîner une croissance des ventes d’équipements de réseau de l’ordre de 20 milliards de dollars, soit 110,6 milliards de F entre 1997 et 2001. En terme de services, le marché devrait être multiplié par dix pour atteindre quelque 35 milliards de dollars”. Représentant 40 % de la facture téléphonique des grandes entreprises, le fax exige des prouesses techniques moins importantes que la voix “les services fax sur IP offrent des coûts nettement inférieurs à ceux des lignes RTC. Ces services verront leur chiffre d’affaires progresser de 65 % par an d’ici à 2001. Ils devraient, en outre, ouvrir le chemin à la voix sur IP”. Réclamant une transmission de qualité et en temps réel, la voix sur IP sera plus lente à se développer. Toutefois, la voix sur IP pourrait représenter en 2001, 7 % du chiffre d’affaires des services de télécommunications, compte tenu des coûts de transmission inférieurs de 60 à 80 % à ceux des réseaux traditionnels.

Par ailleurs, Eric Labaye précise “les services de conférence multimédia pourraient rapidement supplanter la videoconférence. Utilisant les ordinateurs de bureaux, ils évitent l’investissement important et les coûts fixes d’une salle équipée. En outre, sur IP, la facture téléphonique diminue de 60 % par rapport aux lignes RNIS tout en permettant de nouveaux services. Au total, le marché devrait progresser en termes de services de plus de 40 % par an d’ici à 2001”.

Permettant de relier des bureaux, des sites et des agences par des réseaux IP, les réseaux virtuels, dès que les questions de sécurité seront résolues, ont un bel avenir auprès de la clientèle des grandes et moyennes entreprises. Ils permettent en effet d’importantes économies, de 50 à 80 % par exemple par rapport aux solutions basées sur des numéros verts. Ces services devraient enregistrer d’ici à 2001 une croissance annuelle moyenne de 180 %. (Le Figaro 14/10/1998)