Tandis qu'Olivetti poursuit ses manoeuvres pour rassembler les 52 milliards d'euros nécessaires à son projet d'OPA, Telecom Ttalia vient de confirmer la réunion mercredi 10 mars de son conseil d'a...

Tandis qu'Olivetti poursuit ses manoeuvres pour rassembler les 52 milliards d'euros nécessaires à son projet d'OPA, Telecom Ttalia vient de confirmer la réunion mercredi 10 mars de son conseil d'administration et celle de sa filiale Telecom Italia Mobile sans toutefois en préciser l'ordre du jour. Selon l'agence Reuters, citant des sources bancaires, l'opérateur envisage de solliciter un important prêt de 20 milliards d'euros auprès de ses conseils financiers. Dans une interview à la télévision, Franco Bernabé a rappelé vendredi l'importance de la convergence des services de téléphonie fixe et mobile et du développement d'Internet en Italie. Pour s'opposer à l'OPA d'Olivetti, il a affirmé que les investissements nécessaires à ses projets "signifient que la société ne doit pas s'endetter". Son plan prévoit ainsi la fusion de Telecom Italia et TIM, la cession d'actifs et la conversion des 2,16 milliards d'actions d'épargne (29 % du capital social) en actions ordinaires. Une assemblée extraordinaire des actionnaires réunissant au moins 30 % des actions avec droit de vote devra approuver ces mesures. Apportant son soutien à l'opérateur, le groupe financier britannique Standard Life Investments a affirmé hier posséder directement 0,4 % des actions ordinaires de Telecom Italia et réunir autour de ses thèses 12 % du capital détenus par des fonds d'investissement américains et britanniques. La famille Agnelli (0,6 %), les banques San Paolo-IMI (0,6 %), Monte Paschi di Siena (0,5 %) et Unicredito Italiano (0,76 %) ont déjà exprimé leur hostilité à l'OPA d'Olivetti. (Les Echos - 09/03/1999)