Voix sur IP, concurrence et actions des régulateurs obligent, le coût des télécommunications est en baisse. C'est ce que conclut le cabinet de conseil américain Nus Consulting, qui vient de publier sa 18ème étude internationale sur...

Voix sur IP, concurrence et actions des régulateurs obligent, le coût des télécommunications est en baisse. C'est ce que conclut le cabinet de conseil américain Nus Consulting, qui vient de publier sa 18ème étude internationale sur les prix des télécommunications réalisée dans 14 pays.
 
Côté appels locaux, la baisse générale cette année est moins importante que celle constatée en 2005. Néanmoins, le Royaume-Uni a vu le prix de ses communications diminuer de 18% entre février 2006 et février 2007, contre 14.3% pour l'Allemagne. En ce qui concerne les appels nationaux, la baisse la plus importante revient à l'Australie, avec -19.2% en un an. Enfin, la palme des appels internationaux les moins chers revient à l'Afrique du Sud, qui totalise une baisse de 29.7%.
 
Quelques pays néanmoins ont vu le prix de leurs communications augmenter. C'est le cas de l'Espagne, dont les appels locaux ont crû de 35.4% sur l'année, et des Etats-Unis, qui ont vu le prix de leurs appels nationaux grimper de 19.2%. Cette hausse n'est pas anodine, puisqu'elle place désormais le pays au premier rang des pays où le coût des appels nationaux est le plus élevé. Et mauvais élèves, l'Espagne et la Belgique voient le prix de leurs communications internationales augmenter de 7.5 et 4.4%.
 
Le France, qui avait accusé entre 2005 et 2006 une hausse du prix des appels internationaux de 18%, propose cette année des tarifs relativement stables pour la téléphonie fixe, et se place au sixième rang sur quatorze. Ces bons résultats sont quelque peu ternis par une augmentation de 3.7% des tarifs des communications mobiles. A nuancer cependant: malgré cette hausse, l'Hexagone se place au cinquième rang du classement des prix de la téléphonie mobile.
 
(Atelier groupe BNP Paribas – 05/04/2007)