Les groupes ethniques et les partitions géographiques sont-ils cohérents avec les réels échanges de la population d'un pays ou d'un continent ? La réponse pourrait venir de l'analyse des appels téléphoniques.

Les télécommunications redéfinissent les frontières

Pour les législateurs et les entreprises, savoir positionner des groupes de population culturellement cohérents est un enjeu de taille. De nombreux conflits se basent en effet uniquement sur des territoires géographiques et des cultures régionales soi-disant ancrées. L’analyse des transactions électroniques pourrait changer la donne. Des chercheurs anglo-saxons ont disséqués 12 milliards d'appels téléphoniques passés sur une période d'un mois. Ce chiffre correspond à l’examen de 95% des appels passés depuis des lignes fixes personnelles et professionnelles en Grande-Bretagne. Pour mémoire, le Royaume comprend depuis plus de 300 ans l’Angleterre, l’Écosse, le Pays de Galles et l’Irlande du Nord.

Les limites régionales de l'Outre-mer similaires aux interactions des habitants

Le but était de savoir si les limites régionales fixées par les régulateurs anglais correspondaient aux interactions entre les habitants. En ce qui concerne nos voisins d’Outre-manche, il semble que ce soit à peu près le cas. Le rendu géographique obtenu en reliant les différents lieux qui communiquent  "correspond remarquablement bien avec les cartes traditionnelles, les données issues de l’analyse des déplacements entre le domicile et le travail ainsi que les données administratives". Trois exceptions sont cependant apparues. Le Pays de Galles et une bonne partie du Yorkshire (région au nord-est de l’Angleterre) semblent avoir été fusionnés avec les grandes villes du centre de l’Angleterre (soit lesMidlands).

Les appels passés depuis un mobile sont des indicateurs plus personnels

A noter que le pays de Galle dispose de sa propre langue officielle – le gallois - en sus de l’anglais. Troisième exception, l'Écosse. Cette région, selon les résultats obtenus par les universités anglophones, est la moins reliée au reste de la Grande-Bretagne. En effet, moins d’un quart de tous les appels passés ou reçus en Ecosse va ou vient d'une autre partie du Royaume-Uni. Les chercheurs estiment que l’analyse des communications issues des téléphones mobiles pourrait donner des indicateurs plus personnels (contrairement aux lignes fixes qui correspondent aux usages des ménages et des entreprises dans leur ensemble). Quant aux bases de données de sociétés de cartes de crédit, elles seraient plus à même de mettre en évidence les liens commerciaux entre les individus.