L’Autorité de régulation des télécommunications (ART) vient de publier son baromètre de l’Observatoire des télécommunication qui porte sur le premier trimestre 2003. Il révèle que le marché ...

L’Autorité de régulation des télécommunications (ART) vient de publier son baromètre de l’Observatoire des télécommunication qui porte sur le premier trimestre 2003. Il révèle que le marché français des télécommunications a augmenté de 1,2 % par rapport au premier trimestre 2002, à 8,5 milliards d’euros.

La téléphonie mobile reste le moteur de la croissance, en hausse de 13,4 % sur un an à 3,1 milliards d’euros. La téléphonie fixe poursuit son lent déclin, avec une nouvelle baisse de 4 % de ses ventes, à 3,4 milliards d’euros. Le poids financier de ce secteur est de plus en plus proche de celui de la téléphonie mobile, qui devrait prendre l’ascendant dans les années qui viennent.

L’activité Internet constitue également l’un des piliers de la croissance des télécoms au premier trimestre 2003. Le chiffre d’affaires du secteur s’est élevé à 320 millions d’euros sur cette période, en hausse de 15,9 % par rapport au premier trimestre 2002. Le haut débit a bondit de 133,4 % en un an pour atteindre 140 millions d’euros, tandis que le bas débit baissait de 17,2 % à 161 millions d’euros. Le nombre de lignes ADSL a par ailleurs augmenté de 228,7 % : on en dénombrait à l’issu des trois premiers mois de l’année 1,8 millions, contre 500 000 un an plus tôt.

L’Union internationale des télécommunications (UIT) annonce de son côté que le nombre d’abonnés aux services Internet haut débit dans le monde a grimpé de 72 % en 2002, s’élevant à 62 millions d’utilisateurs, pour la plupart privés. Géographiquement, c’est la Corée du Sud qui était en tête avec 21,3 abonnés pour 100 habitants, devant Hong-Kong, le Canada et Taïwan. La France n’arrivait que 24ème de ce classement 2002.

(Atelier groupe BNP Paribas – 17/09/2003)