au japonais Panasonic. Venant de s’allier, l’équipementier canadien Nortel Network et le japonais Panasonic vont développer ensemble et expérimenter avec les opérateurs, des réseaux mobiles dit d...

au japonais Panasonic. Venant de s’allier, l’équipementier canadien Nortel Network et le japonais Panasonic vont développer ensemble et expérimenter avec les opérateurs, des réseaux mobiles dit de “troisième génération”. Après le téléphone mobile analogique, puis numérique, voici qu’arrive l’ère des réseaux à grande capacité permettant la transmission de données et le multimédia avec des téléphones cellulaires et autres agendas électroniques de poche. Président de la division GSM Networks de Nortel, Pascal Debon explique “un marché explosif, celui où vont se rencontrer le sans-fil et l’Internet. A terme, près de 70 % des accès à Internet se feront avec du sans-fil grâce à cette nouvelle technologie”. Des expérimentations seront menées en début d’année prochaine avec des opérateurs en Amérique du Nord, en Asie et en Europe. Président de l’activité sans fil de Nortel Networks, Matt Desch explique le choix de Panasonic “la croissance du téléphone cellulaire numérique est spectaculaire au Japon et en Asie depuis trois ans. L’alliance avec Panasonic nous permettra de combiner notre succès en Europe et en Amérique avec leur réussite en Asie”.

Les réseaux traditionnels du Japon étant en voie de saturation avancée du fait du nombre important d’abonnés au mobile, ce pays sera l’un des tout premiers à se convertir au nouveau standard connu sous le nom de W-CDMA. Les constructeurs nippons misent beaucoup sur ce nouveau “saut technologique” pour reprendre pied sur un marché mondial du sans-fil dominé par les constructeurs européens et américains.

Dès l’an prochain en Europe, les Scandinaves et les Britanniques lanceront des appels d’offres pour des licences expérimentales.

Estimant que d’ici à dix ans, près de 80 % du marché mondial des mobiles sera converti à cette nouvelle norme, Pascal Debon prévoit que “le déploiement commercial interviendra à partir de 2001” en France. (Les Echos 20/10/1998)